Alain Jean-Mairet » 2008 » January

La haut-commissaire des Nations unies aux droits de l’homme salue officiellement l’élimination du sionisme

UPDATE: La haut-commissaire de l’ONU aux droits de l’homme déclare (ici) que la charte n’est pas conforme à la résolution 46/86 de l’Assemblée générale. Avec beaucoup de tact, elle s’abstient de porter un jugement de valeur sur la notion d’élimination du sionisme contenue dans ladite charte. Le préambule de ladite charte et son paragraphe antisémite sont toujours présents sur le site du HCHR. Voir le communiqué de UN Watch ci-dessous, en fin d’article.

* * * * *

J’ai beaucoup de travail en ce début d’année et je rate certaines choses. Ainsi, j’ai survolé trop vite (comme la totalité de la presse conventionnelle, semble-t-il) le communiqué de presse du 28 janvier de UN Watch publiant sa lettre à Louise Harbour, haut-commissaire de l’ONU aux droits de l’homme, concernant le message que cette dernière a publié le 24 janvier dernier, que voici (je traduis l’élément essentiel):

En cette année commémorant le 60e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme, je salue la septième ratification nécessaire pour mettre en vigueur la Charte arabe des droits de l’homme.

Cette charte a été signée par la Jordanie, le Bahreïn, l’Algérie, la Syrie, la Libye, l’Autorité Palestinienne et, depuis peu, les Émirats Arabes Unis. Si UN Watch y réagit, c’est parce que son libellé contient un message très clairement antisémite, lequel a même été publié sur le site du HCHR (copie d’écran). Je cite ici la version française proposée dans l’article repris par desinfos.com:

Les Gouvernements des Etats membres de la Ligue Arabe refusent toute forme de racisme et de sionisme, qui constituent deux formes d’atteinte aux droits de l’Homme et qui menacent la paix et la sécurité mondiales.

Voilà qui fait du sionisme, et ainsi de l’État d’Israël actuel, une chose apparentée au racisme, qui porte atteinte aux droits de l’homme et qui menace la paix et la sécurité mondiales aux yeux bienveillants du centre mondial des droits de l’homme. Qui dit mieux?

Dans sa lettre (voir ci-dessous, en version originale), UN Watch prend la peine de supposer que Louise Arbour a signé ce message sans le lire ni en connaître les implications et la prie de publier une déclaration clarifiant sa position sur le sujet. Aujourd’hui, trois jours plus tard, nous en sommes toujours là. Louise Arbour n’est donc pas pressée de rectifier.

Mais je vais plutôt me pencher sur le reste de la charte de ces États si ostensiblement arabes qui s’attaquent ainsi au seul État juif. J’en traduis un ou deux passages:

Fondés [les états signataires] sur la foi de la nation arabe en la dignité de la personne humaine que Dieu a exaltée depuis le début de la Création et sur le fait que la patrie arabe est le berceau de religions et de civilisations dont les nobles valeurs humaines affirment le droit humain à jouir d’une vie convenable basée sur la liberté, la justice et l’égalité,  (…)

Rien à dire, c’est si universaliste, modeste et incontestable que cela ne mérite aucun commentaire.

Fiers des valeurs et des principes humanitaires que la nation arabe a établis tout au long de sa longue histoire et qui ont joué un rôle majeur dans la diffusion de la connaissance entre l’Orient et l’Occident, devenant ainsi un lieu de référence pour le monde entier et une destination privilégiée pour les gens en quête de savoir et de sagesse,

Ici aussi, que dire? Ceux qui ne savaient pas encore cela n’ont plus qu’à toussoter doucement en se promettant de chercher fiévreusement dès que possible où diable sont ces lieux et quel est ce savoir. Concrètement, il faut comprendre ici que cette fierté est intensivement enseignée dans les pays arabes eux-mêmes (et parfois à Hollywood), où les conquérants djihadistes médiévaux sont présentés comme autant de grands civilisateurs, car ils ont enfin répandu la vraie religion (pour un autre avis, voir par exemple ici et ici).

Le texte présente ensuite une liste de résolutions fort honorables, à l’exception bien sûr de la déclaration antisémite du préambule, répétée à l’article 2, alinéa 3, qui prévoit même l’élimination du sionisme (repensons-y: la haut-commissaire de l’ONU aux droits de l’homme salue officiellement un texte enjoignant à faire des efforts pour éliminer le sionisme…) et d’une déclaration sur la femme si outrancière qu’elle redéfinit la notion de culot et mérite d’être présentée ici:

Les hommes et les femmes sont égaux en termes de dignité humaine, de droits et d’obligations dans le cadre de la discrimination positive établie en faveur de la femme par la charia islamique, d’autres lois divines ainsi que les lois et instruments légaux applicables.

Autrement dit, la femme est l’égale de l’homme dans la mesure où la religion islamique le définit et la femme doit s’en réjouir.

Mais ce ne sont encore que des broutilles. En fait, le pire, la vraie mauvaise foi, le vrai piège, la chose vraiment dangereuse dans cette charte, et d’abord pour les populations directement concernées, dans ces pays, se situe non pas dans ces attaques scandaleuses contre Israël et les femmes, mais dans les articles apparemment parfaitement acceptables de cette charte.

Ainsi, ce texte condamne toutes les formes de discrimination, y compris celles liées à la religion, ainsi que l’asservissement, l’esclavage, les travaux forcés, le commerce d’humains; il garantit l’égalité devant les tribunaux, des droits dans les procédures juridiques menées contre tout particulier, la protection de la sphère privée, le droit d’exercer des activités politiques, de préserver des cultures minoritaires, de se déplacer et de s’établir librement, d’avoir une nationalité, une opinion et une religion. Il va très loin même dans le gauchisme, en prévoyant que l’État doit fournir non seulement de l’éducation mais aussi du travail aux citoyens et veiller à ce qu’ils soient et restent en bonne santé.

Bref, outre les deux exceptions mentionnées, cette charte convient tout à fait à un État socialiste moderne standard (ce qui n’est d’ailleurs pas inoffensif). Mais à aucun moment, elle ne mentionne le fait que tous ces droits sont en contradiction flagrante avec les préceptes de la charia. Et comme par ailleurs, tous les États arabes se veulent musulmans, respectueux des ordres du Coran et de l’exemple du prophète, ces engagements créent des conflits proprement schizophréniques pour la population de ces pays.

Ainsi, si cette charte est acceptée et réellement appliquée, les citoyens des pays arabes concernés, qui savent lire et peuvent consulter eux-mêmes le Coran et les législations islamiques classiques, vont vite avoir l’impression que l’État, dans leur pays, ne respecte pas l’Islam. Et nous y verrons des mouvements se former pour condamner leur propre gouvernement, leur propre administration, leur propre police, au nom de l’Islam, aidés en cela par ceux que le monde bien-pensant veut considérer comme des extrémistes et des terroristes qui déforment les enseignements de l’Islam. Mais pour les croyants, pour les gens qui lisent le Coran dans le texte, et ils sont de plus en plus nombreux, plus nombreux que jamais auparavant dans l’histoire, la promulgation de ces lois résonne comme autant d’appels au jihad fi sabilillah.

Car en fait, personne n’a encore pris la peine de définir comment diable il faut lire le Coran et l’histoire du brigand sanguinaire et sans scrupules que les textes islamiques appellent le prophète de dieu pour abandonner le projet de conquête mondiale qu’ils prônent sans la moindre équivoque à quiconque les connaît réellement. Ainsi, ces pays, s’ils respectent les engagements de cette charte de manière crédible, deviendront invivables.

Il faut dire la vérité. Il faut que les Musulmans comprennent que leur religion est une supercherie, que le Coran n’est pas écrit par Dieu, ni par des gens pieux, mais par ce que nous appelons aujourd’hui des islamistes. Ensuite, ils se donneront certainement des lois raisonnables et honorables. Pour peu que Dieu les préserve de l’influence des institutions onusiennes, et surtout de leur secteur des droits de l’homme.

Voici encore le texte du communiqué de UN Watch:

(more…)

Next Page »