Alain Jean-Mairet » Le désastre économique palestinien
Compte TwitterAccueil

Le désastre économique palestinien


par Daniel Pipes
Jerusalem Post, 27 décembre 2007
VO: http://www.danielpipes.org/article/5300
(titre de la version provisoire: Les avantages de l’effondrement économique palestinien)

Comme je le montrais la semaine passée, l’aide financière aux Palestiniens a pour effet pervers et contreproductif d’accroître leur taux d’homicides et d’actes terroristes. Cette semaine, je propose deux constats peut-être plus étranges encore à propos des dons occidentaux de plusieurs milliards de dollars, brisant tous les records d’aide par habitant: premièrement, ils appauvrissent les Palestiniens. Deuxièmement, la paupérisation palestinienne est une chose positive à long terme.

Pour commencer, quelques données de base sur l’économie palestinienne tirées d’une excellente étude de Ziv Hellman, «Terminal Situation» (phase terminale), parue dans l’édition du 24 décembre du Jerusalem Report:

  • Le revenu annuel par habitant des Palestiniens a reculé d’environ 40% depuis son sommet de 2000 dollars atteint en 1992 (avant le début du processus d’Oslo) pour passer à 1200 dollars actuellement.
  • En Israël, le revenu annuel par habitant était 10 fois supérieur à celui des Palestiniens en 1967 – il est maintenant 23 fois plus important.
  • À Gaza, la pauvreté profonde a passé de 22% de la population en 1998 à près de 35% en 2006; ce taux serait de quelque 67% sans les versements et les aides en nourriture.
  • Les investissements étrangers directs sont pratiquement inexistants et les capitaux locaux sont en majeure partie envoyés à l’étranger ou investis dans l’immobilier ou les transactions à court terme.
  • Hellman écrit que l’économie de l’Autorité palestinienne «est largement basée sur des monopoles de divers secteurs octroyés par les officiels de l’AP en échange de pots-de-vin».
  • Le personnel de l’AP est si pléthorique que les charges salariales y dépassent à elles seules la totalité des produits.
  • Les dysfonctionnements du système judiciaire de l’AP ont pour conséquence que les litiges commerciaux y sont généralement réglés par des bandes armées.

C’est ainsi que Hellman, logiquement, qualifie l’économie palestinienne de «désastreuse».

Et ce désastre n’a rien pour surprendre car, comme l’ont relevé feu Lord Bauer et d’autres, l’aide étrangère ne marche pas. Elle corrompt et déforme l’économie – et plus les montants sont élevés, plus les dégâts sont importants. Un détail révélateur: pendant certaines périodes du règne de Yasser Arafat, un tiers du budget de l’Autorité palestinienne était affecté aux «dépenses de la présidence», sans autres explications, contrôles ou actes comptables. La Banque mondiale s’en plaignit, mais le gouvernement israélien et l’Union européenne acceptèrent cet arrangement malhonnête, de sorte qu’il a été maintenu.

La conférence de Paris en faveur de «l’État palestinien» a permis de réunir pour 7,4 milliards de promesses de dons le 17 décembre 2007En fait, l’Autorité palestinienne constitue un parfait exemple d’économie ruinée par étouffement sous des dons bien intentionnés mais malavisés. Les 7,4 milliards de dollars qui lui ont été promis récemment pour les années 2008 à 2010 vont encore aggraver les choses.

Mais, paradoxalement, cette erreur pourrait aider à résoudre le conflit israélo-arabe. Pour comprendre pourquoi, examinons les deux modèles en présence expliquant l’extrémisme et la violence – la souffrance et l’exaltation.

Le modèle de la souffrance, auquel se rallient tous les États occidentaux, attribue le comportement des Palestiniens à la pauvreté, à l’isolation, aux barrages routiers israéliens, à l’absence d’un État, etc. Mahmoud Abbas, le leader de l’AP, résuma ce point de vue lors de la conférence d’Annapolis, en novembre: «le manque d’espoir, le désespoir accablant (…) alimentent l’extrémisme.» Éliminons ces souffrances et les Palestiniens, soi-disant, tourneront leur attention vers des préoccupations constructives telles que le développement économique et la démocratie. Le problème est que ce changement n’intervient jamais.

Le modèle de l’exaltation prend la logique d’Abbas à rebrousse-poil: l’extrémisme est en fait alimenté par l’absence de désespoir et par des espoirs exacerbés. Pour les Palestiniens, l’espoir naît d’une perception de la faiblesse d’Israël, laquelle génère un optimisme, un enthousiasme à l’idée que l’État juif peut être éliminé. À l’inverse, lorsque les Palestiniens se sentent impuissants contre Israël, ils se consacrent à des tâches plus banales telles que gagner leur vie et éduquer leurs enfants. Relevons ici que l’économie palestinienne a atteint son sommet en 1992, après la chute de l’Union soviétique et la guerre d’Irak, soit justement lorsque les espoirs d’éliminer Israël touchaient leur plancher.

L’exaltation, et non la souffrance, permet d’expliquer le comportement belliqueux des Palestiniens. Ainsi, dans ce cadre, tout ce qui réduit la confiance en eux des Palestiniens est une bonne chose. Une économie en berne rend les Palestiniens dépressifs, sans parler de leurs capacités militaires et autres, ce qui nous rapproche d’une solution au conflit.

Les Palestiniens doivent ressentir toute l’amertume de l’échec pour pouvoir abandonner leur objectif malsain qui consiste à éliminer leur voisin israélien et commencer à construire une économie, un système politique, une société et une culture qui leur sont propres. Il n’y a pas de raccourcis vers cette issue favorable. Ceux qui se préoccupent authentiquement du sort des Palestiniens doivent souhaiter que leur désespoir soit imminent, de sorte que ces gens talentueux et dignes puissent émerger du barbarisme actuel et bâtir un avenir convenable.

Ainsi, par une curieuse ironie du sort, l’énorme gaspillage de l’aide financière occidentale va accélérer ce désespoir de deux manières: en favorisant le terrorisme et en pervertissant l’économie, deux phénomènes qui impliquent un déclin économique. La loi des effets pervers a rarement travaillé de manière aussi imaginative.

Comments

  1. Jean
    December 25th, 2007 | 6:51 pm

    C’est le principe de la vénalité. C’est un trait bien connu dans le fonctionnement de l’espèce humaine. Daniel Pipes n’a rien inventé, il est est ainsi depuis toujours.

    “Donne lui de l’argent mais ne le fait pas travailler.”
    C’est ce qui arrive à un enfant à qui on donne trop: un gosse de “riche”, jet-setteur… et fainéant.

    En arrosant les “Palestiniens” avec de l’argent venu d’ailleur, on leur supprime tout besoin à subvenir, donc on leur ote toute possibilité de s’améliorer, de découvrir, d’être autonome.

    C’est l’inverse de ce qu’on lit dans la Bible: on leur donne du poisson ainsi ils oublient comment pêcher… et restent à la merci de ceux qui commande le robinet à finances….nous !

  2. bitton
    December 29th, 2007 | 11:40 pm

    c’est aussi valable à l’echelle individuelle que collective. Il est très dangereux de se complaire dans l’assistance. Dans la vie “le coup de pouce” doit être temporaire. Comment peut-on être refugié de génération en génération pour les palestiniens face au peuple juif, persecuté, humilié, assasiné, obligé à se convertir ou à mourir, depossedé, brulé … et jamais aidé, ne comptant que sur lui-même et sur Dieu, mais toujour et encore debout. Cette leçon est à mediter pour l’Europe qui deculpabilise et les pays arabes qui ont failli par rapport aux siens. Les palestiniens ont deux chances: ils sont face aux juifs, et les arabes ont le petrole.