Alain Jean-Mairet » Sécurité en Suisse: la violence est de gauche
Compte TwitterAccueil

Sécurité en Suisse: la violence est de gauche

Comme le montre éloquemment cet échange sur le blog de la Revue militaire suisse (abonnez-vous, rabonnez-vous):

 Le nouveau rapport de la fedpol sur la sécurité intérieure de la Suisse nous apprend – sans surprise – que le danger numéro un reste le terrorisme islamiste (…). Dans un autre registre, un chiffre particulièrement éloquent (…) est celui de l’augmentation des incidents dus à l’extrême gauche: 62% par rapport à 2005, soit quelques 227 incidents pour la seule année 2006. Quant aux violences d’extrême droite, elles sont en légère baisse depuis le pic connu en l’an 2000 (109 incidents pour 2006), alors que le nombre de membres de cette scène ne cesse d’augmenter. Une menace qui reste donc d’actualité mais qui est somme toute en perte de vitesse, selon ce même rapport. (…)

L’extrême gauche semble (…) disposer d’une capacité de nuisances et de subversions plus importante (…) que les quelques centaines de crânes pelés à peine pubères réunis une fois par année au Grütli. Il suffit de songer aux émeutes du G8 à Genève, lorsque des élus genevois de gauches et des activistes de divers ONG ont ouvertement pactisé avec les casseurs. De plus, il semblerait qu’une partie de l’extrême gauche suisse joue un rôle international via le Secours Rouge International (SRI) dont l’un des secrétariats centraux se trouve à Zürich. Sans oublier cette demande d’entraide judiciaire de l’Italie dans le cadre d’une opération menée contre les Nouvelles Brigades rouges, en février 2007.

Il y a donc deux fois plus de violences d’extrême-gauche que de violences d’extrême-droite. Et quelles violences:

Je trouve également assez amusant les “principaux incidents enregistrés en 2006”.
Pour l’extrême droite:
– Un affrontement violent avec des extrémistes de gauche à Winterthour,
– Deux concerts sans violences,
– Une fête du 1er août sans problèmes.

Pour l’extrême gauche:
– Violences avant et pendant le WEF (attaques avec des charges explosives, des engins pyrotechniques et de la peinture, dommages de plus de 200 000 francs),
– Affrontements violents avec la police pendant la 7e promenade antifasciste nocturne (coktails molotovs etc., plus de 100 000 francs de dégâts),
– Utilisation vraisemblables des pétards tirés du Böögg (bonhomme hiver), volé précédemment, dans les attentats contre une grande banque et des locaux de la police cantonale zurichoise,
– Combats de rue pendant la “Nachdemo” suivant les célébrations du 1er mai, 300 000 francs de dégâts
– Une fête du 1er août et une marche antiraciste sans problèmes,
– Un attentat à la bombe contre un bâtiment public de Frauenfeld (charges explosives remplies de vis et d’écrous)… le dispositif d’allumage, par chance, n’a pas fonctionné…

(Notez bien que l’affrontement avec des extrémistes de droite à Winterthour n’y figure pas… Il est “important” pour un groupe, mais pas pour l’autre…)

Comments are closed.