Alain Jean-Mairet » Prévention ou précaution?
Coordonnées de l'auteurGuide politiquement incorrect de l'IslamComment vaincre l'Islam démocratiquementAccueil

Prévention ou précaution?

Dans le jargon juridique moderne, et dans les grandes lignes, la prévention consiste à lutter contre des risques avérés, et la précaution à éviter des risques potentiels. Le trafic routier comporte des risques avérés; on parle donc de «prévention routière». Les organismes génétiquement modifiés sont liés à des risques non avérés ou «potentiels»; on invoque donc souvent le principe de précaution pour freiner leur développement et leur propagation (ce qui n’est d’ailleurs pas correct – le principe de précaution ne doit pas se résumer à une simple abstention, il doit seulement dicter une série de mesures de prudence).

En Occident, en Suisse, les dangers liés à la pratique de l’Islam – le terrorisme et le suprématisme – relèvent-ils de la précaution ou de la prévention?

Il est difficile de défendre la thèse du risque avéré, car les Musulmans politisés font tout pour condamner cette approche et nombreux sont ceux qui préfèrent les croire sur parole plutôt que de supporter l’idée très désagréable que l’ennemi est parmi nous.

Mais, lorsque le terrorisme islamiste frappe, la réalité du risque devient inévitable, et les autorités qui ont renoncé trop longtemps à faire preuve de précaution doivent alors passer immédiatement à la prévention. À Londres, ce fut notamment l’instruction donnée aux policiers d‘abattre les suspects sur le champ.

Ce type de prévention a déjà fait d’innombrables victimes dans les pays musulmans où l’islamisme sévit depuis plusieurs décennies et il en fera certainement encore beaucoup d’autres. Il faut donc se demander en quoi consisteraient des précautions efficaces contre les risques potentiels inhérents à l’Islam? Pour répondre valablement à cette question, il faut commencer par évaluer et graduer le risque.

Le terrorisme n’est qu’un aspect, spectaculaire mais éphémère, d’autant plus que les gens non directement concernés s’empressent d’oublier ces scènes d’horreur. Même en Israël [film streaming], beaucoup choisissent d’oublier.

Le suprématisme est un risque plus durable. Pour en établir l’ampleur du risque, il faudrait une étude approfondie du destin des États qui, au cours des dernières décennies, ont vécu avec, adopté ou été conquis par l’Islam.

Cette étude, basée sur des critères objectifs, à définir, doit être confiée à un organisme indépendant. Pour réaliser tout son potentiel, et pour tenir compte de l’ambition des djihadistes, l’étude devrait être permanente, afin de permettre de révéler d’éventuels aspects évolutifs et de faire apparaître les effets des mesures de précaution prises.

Sur cette base, il deviendrait possible de déterminer quelles mesures de précaution il convient de prendre envers l’Islam, soit quelles dispositions vont permettre de ne pas devoir passer à la phase de prévention, là où cela est encore possible.

Si la population, par ailleurs, est largement informée de ce processus et des résultats des recherches, et que son opinion est régulièrement recueillie, publiée et commentée, sa participation pourra être d’autant plus intense et les dispositions nécessaires pourront être prises d’autant plus rapidement.

Mais est-il encore temps?

Comments are closed.