Alain Jean-Mairet » Le suicide de l’Occident ou l’absurdité de la tolérance envers l’Islam
Coordonnées de l'auteurGuide politiquement incorrect de l'IslamComment vaincre l'Islam démocratiquementAccueil

Le suicide de l’Occident ou l’absurdité de la tolérance envers l’Islam

Les Musulmans constituent-ils une minorité comme les autres ou un danger public? Dans quelles circonstances un Musulman peut-il être modéré et dans quelles autres doit-il, pour respecter sa religion, se consacrer au djihad? Quand peut-on faire confiance à un Musulman qui se dit modéré et quand doit-on douter de sa franchise? Faut-il, pour se protéger du terrorisme et du communautarisme, s’efforcer de promouvoir un Islam tolérant ou faut-il refuser totalement l’Islam?

D’une certaine manière, ces questions sont plus anciennes encore que l’Islam. En effet, elles se posèrent déjà à La Mecque dans les premières années de la révélation, c’est-à-dire avant même le début du calendrier islamique, entamé lors de l’hégire, «la fuite» en arabe, daté du 16 juillet 622. Et comme le prophète a valeur d’exemple pour tout Musulman (mâle), il est intéressant de faire référence à ce que les Musulmans sont censés savoir de leur prophète à cet égard.

Au début de sa carrière, Mahomet était un Musulman modéré typique, qui prêchait la suprématie d’un Dieu unique, tout-puissant, miséricordieux, au détriment des nombreuses divinités de l’époque, nées de cultures variées, souvent inspirées d’hindouisme, et dont il condamnait l’impiété.

Il eut peu de succès – quelques dizaines de disciples à peine en cinq ans d’activités – notamment en raison de son intransigeance envers les autres divinités de la place. Il eut bien un geste de tolérance envers elles, mais les versets sataniques qui en témoignent furent bien vite abrogés.

Ensuite, à Médine, Mahomet devint un despote chef de guerre, accumulant les raids entre la bataille de Badr en 624 et sa mort en 632. Les résultats de ses campagnes (quelque 86 dont 27 qu’il mena en personne) furent plutôt mitigés mais elles allaient inspirer, plus tard, l’une des plus fantastiques conquêtes de l’histoire. Ce sont en effet les versets coraniques et les hadiths commentés de cette époque qui allaient donner naissance à la tradition du djihad, l’effort fourni pour la cause de Dieu, et faire de l’Islam un formidable empire.

Jusque là, les choses sont claires, les sources historiques sont les mêmes pour tous. Les avis ne divergent vraiment que sur la personnalité du prophète dont les Musulmans doivent penser qu’il était un grand homme plein de sagesse, de noblesse et d’inspiration, malgré la cruauté et l’arbitraire dont il fit preuve aux yeux d’un observateur objectif. Ensuite, l’Islam revêtit diverses formes, selon les régions, les époques et les circonstances, dont certaines alimentent des visions romantiques d’un multiculturalisme équilibré et réussi sur lesquelles se base une conception de l’Islam (modéré) idéal, laquelle n’est toutefois pas sans soulever certaines critiques.

Mais quoi qu’il en soit, ces éléments suffisent à évaluer correctement la situation actuelle dans les pays occidentaux en général et en Suisse en particulier. Ils nous apprennent en effet que le Musulman dévoué à sa religion ne sera modéré que dans deux situations tout au plus: lorsqu’il se trouve fortement minoritaire et, peut-être, parfois, lorsque sa religion domine sans conteste une société donnée. Le reste du temps, dans les autres régions, le Musulman qui s’adonne à sa religion, lit régulièrement le coran, s’imprègne des actes de son prophète et aspire à la piété islamique n’a d’autre choix que de souhaiter et, autant que possible, d’aider, et autant que possible par la violence, l’avènement de l’Islam.

Un être né musulman n’est certes pas, de ce fait, plus belliqueux que n’importe quel autre. Mais un Musulman pratiquant est tenu, par les textes de sa religion, par l’exemple de son prophète et par la leçon de l’histoire de tout faire pour que l’Islam progresse. Cet ensemble lui donne pour cela, notamment, le droit de tuer des non-Musulmans. Il l’encourage aussi à le faire en chargeant les adeptes d’autres religions de péchés présentés comme les plus graves que puisse commettre une créature et en promettant les meilleures places du paradis à ceux qui meurent en combattant pour la cause de Dieu.

Ce n’est qu’ensuite que le Musulman peut redevenir modéré, mais plus par l’exemple de l’histoire que par celui des textes sacrés. Car l’Islam à ceci de commun avec le communisme qu’il prêche surtout une révolution sans définir les structures sociales censées permettre ensuite de jouir des résultats. Certes, l’Islam prévoit des lois et des règles pour les moindres gestes de la vie quotidienne, mais la gouvernance y est entièrement confiée à l’inspiration des dirigeants. Si Allah est le vrai Dieu, l’Islam est le paradis; sinon, le despote local a la haute main.

Les Musulmans modérés existent sans doute parmi nous, et peut-être que certains sont sincères lorsqu’ils prônent l’encouragement d’un Islam tolérant. Mais ils ne sauraient trouver dans les fondements sacrés de leur religion des motifs assez profonds et solides pour décourager leurs coreligionnaires de suivre l’exemple du prophète avant que l’Islam ne soit la règle incontestée.

Bref, si nous, non-Musulmans, décidons de nous montrer tolérants envers l’Islam, nous devons être bien conscients que cela revient à faire de nos enfants de futurs Musulmans. En effet, la simple pratique de l’Islam crée par elle-même un courant que nous devons qualifier de subversif et qui, sans une action ferme de notre part, ne peut pas mener à autre chose qu’à l’avènement de l’Islam.

Et il faut que nous comprenions bien aussi que dès lors que la présence des Musulmans pratiquants aura atteint un certain seuil parmi nous, que nous pouvons appeler le seuil de Médine, ils se sentiront majoritairement légitimés et encouragés, par cette pratique même, à tuer et à mépriser tous ceux d’entre nous et nos enfants qui ne se plieront pas à leurs dogmes. Alors, le terrorisme, aujourd’hui encore une exception, du moins en Occident, pourrait fort bien devenir la règle. Jusqu’à notre reddition totale.

Avant de faire confiance à des Musulmans qui, aujourd’hui, parmi nous, se disent modérés et bienveillants, il s’agit de savoir si nous sommes prêts à risquer de sacrifier nos vies, la liberté de nos enfants, notre culture, nos langues, notre style de vie, pour le rêve de l’Islam. Car si nous acceptons l’Islam, si peu que ce soit, la raison nous crie que nous assisterons alors au lent déferlement de ce que toutes les valeurs de notre civilisation nous incitent à qualifier de cauchemar.

Sinon, rejetons l’Islam. Absolument, totalement, sans aucune concession, jamais. Et nous aurons une chance, une petite chance, de vaincre cette folie, sans doute la pire de l’histoire.

Voir aussi Interdire l’Islam — un plan d’action.

Comments are closed.