Alain Jean-Mairet » Les plus brèves sont parfois les meilleures
Compte TwitterAccueil

Les plus brèves sont parfois les meilleures

Une lectrice se penche sur une de ces nouvelles brèves comme il y en a tant que plus personne ne les remarque ni ne se soucie de la mauvaise foi, devenue la norme, de leurs auteurs:

Les plus brèves sont parfois les meilleures ou comment la désinformation n’a pas besoin de tirade dythirambique pour imprègner nos petites cervelles.

09:41 Brèves du Figaro du vendredi 11 mai:

Israël/roquettes tirées: pas de victime
Trois roquettes artisanales ont été tirées depuis la bande de Gaza et une d’entre elles est tombée en Israël sans faire de blessé. (Avec AFP)

D’abord le titre est tout un poème. Pour avoir cet effet le journaliste qui a rédigé cette brève n’a pas hésité à courageusement relayer les règles de composition Française aux oubliettes. «Israël/roquettes tirées: pas de victime», on pourrait croire que c’est Israël qui a tiré ces roquettes, mais en fait elles se sont tirées toutes seules!

Mais bon c’est pas grave, y’a pas eu de victime, reste que Israël est dans la ligne de mire des terroristes et des journalistes! De toute façon ces «trois roquettes artisanales» n’étaient pas dangereuses puisque artisanales, encore un peu et elles deviendront des oeuvres d’art. D’ailleurs il y a tout un mouvement de bien-pensants qui est en train de nous présenter un peu partout dans les mondes les «artistes» palestiniens. Quand on vous dit que ce sont des braves gens épris de colombes de la paix, il faut nous croire…

Bref ces trois «objets d’art» «ont été tirées de la bande de Gaza» bien sûr pas par des palestiniens qui comme chacun sait sont des artistes épris de paix. Qui a bien pu faire le coup?! Et malencontreusement «l’une d’entre elles est tombée en Israël», c’est vraiment le hasard parce que personne ne l’avait poussée… Mais bon ce n’est pas grave parce qu’elle est «tombée en Israël sans faire de blessé». Nous sommes donc rassurés, le hasard aurait pu blessé quelqu’un.

Quel merveilleux exercice de style, trois roquettes tirées sans agresseur nommé, il n’est jamais fait mention des palestiniens, et le seul état mis en accusation est Israël par l’ambiguité du titre. Des roquettes qui se sont tirées toutes seules depuis un territoire sans mention de palestinien, et puis après tout ce n’était pas dangereux puisque c’était des sortes d’«objets d’art» et qu’il n’y a pas eu, par l’opération du saint-esprit, de blessé. St-esprit qui travaille très fort pour ces journalistes-terroristes-de-la-plume qui violent notre sens critique par des tournures alambiquées et travaillent à la désinformation en faveur des palestiniens, et toujours les mêmes.

Comments

  1. Jl
    May 15th, 2007 | 9:36 am

    J’imagine ce que donnerait une analyse systématique de toute la mauvaise foi des billets des journalistes. Oeuvre de salubrité mais de la taille de l’encyclopédie