Alain Jean-Mairet » Les mosquées sont d’autant plus dangereuses qu’elles parviennent à sembler inoffensives
Coordonnées de l'auteurGuide politiquement incorrect de l'IslamComment vaincre l'Islam démocratiquementAccueil

Les mosquées sont d’autant plus dangereuses qu’elles parviennent à sembler inoffensives

Nous en avons un bon exemple à Genève en ce moment, avec la controverse entre les responsables locaux de la mosquée (l’une des deux grandes mosquées suisses), appréciés par la communauté musulmane, mais remerciés sèchement par le nouvel administrateur.

Peu à peu, avec l’aide empressée des médias, l’impression s’impose que l’influence de la Ligue islamique mondiale, trop saoudienne pour être moderne, conciliante et bien de chez nous n’est pas favorable à l’«Islam suisse», tranquille et tolérant (enfin, tout est relatif). Et donc qu’il serait judicieux de rompre les liens entre la Mosquée de Genève et cet organisme. Et donc de lui trouver un nouveau financement. Et pourquoi pas via l’un ou l’autre soutien ou avantage dépendant des institutions étatiques?

Quelle meilleure solution, n’est-ce pas, que de donner ainsi à l’État, en contrepartie, un droit de regard dans les affaires de la Mosquée, qui en devient d’autant plus transparente? Quelle meilleure protection contre l’extrémisme que de briser ainsi les rapports de dépendance avec la version rigoriste de l’Islam prônée en Arabie Saoudite? Ne contribuerait-on pas ainsi à l’évolution de l’Islam vers la modernité?

Le seul problème est là où personne, dans la presse ou la politique, ne veut encore poser les yeux: sur l’autel. En effet, tous ces gens charmants que les journalistes interrogent n’ont strictement aucune importance dans la définition de ce qu’est l’Islam lorsqu’il règne, ou dans la manière de gérer le pouvoir dans un monde où l’Islam domine. L’Islam, le vrai, n’est pas dans les bouches fleuries de gens qui se présentent comme les victimes de ceci ou cela, il est dans les textes sacrés. Et ceux-ci ne prévoient aucune tolérance pour le monde non musulman.

Ainsi, peu importe les belles paroles. Une fois que l’Islam est bien installé quelque part, que les communautés qui s’en réclament deviennent puissantes et fournies, et donc qu’il faut commencer à en règler les affaires, on recourt fatalement aux textes sacrés. À ces textes qui, dans toute l’histoire de l’Islam, n’ont jamais été interprétés par des Musulmans au pouvoir de manière pacifique ou tolérante. Et ce n’est pas un hasard. Tolérer l’Islam, c’est, à terme, accepter le règne de la violence. Et seule une campagne d’information braquée sur le coeur même de ce fléau peut permettre de s’en protéger.

Au contraire, en donnant une telle importance à ces petites querelles internes, les médias font savoir à tous les Musulmans de la région, dont moins d’un sur cinq est pratiquant aujourd’hui, que l’Islam est important. On favorise ainsi l’expansion de la pratique de cette religion malfaisante dans la communauté musulmane, accélérant ainsi le processus de pourrissement de la situation. Et on lui donne l’image d’une religion normale attaquée par de vilains extrémistes venus d’ailleurs et qui n’a rien de commun avec les actes des délinquants musulmans.

Et l’édifice de mensonges continue de se construire, comme d’ordinaire. Et des enfants deviennent haineux en nombres croissants. Puis ils deviennent criminels. Et les Musulmans deviennent toujours plus revendicatifs et victimaires. Et l’agitation augmente. Les extrémistes se regroupent dans d’autres mosquées moins surveillées, ce qui conforte les thèses politiquement correctes.

Alors, c’est à l’État, encore, de veiller à ce que des éléments fanatisés par une suspicion injustifiée (voyez: à la mosquée de Genève, on est tous si gentils), forcément attisée par des partis xénophopes et opportunistes (en fait myopes) ne fassent pas trop de dégâts. Ce qui n’améliore pas la réputation des forces de police.

Et lorsque l’État n’y parvient plus suffisamment bien, et que les extrémistes peuvent disparaître au sein des communautés désormais grandes et fortes (et plus pratiquantes), il faut confier plus de pouvoir aux autorités musulmanes «naturelles» de ces communautés, seules à même de ramener le calme, notamment en y répandant davantage encore de religiosité…

Comments

  1. fingers
    April 14th, 2007 | 12:39 pm

    Le cercle vicieux est assez bien décrit…

    Selon la doxa en vigueur dans les rédactions, “l’Autre”, en raison de sa nature même d’être “Autre”(*), ne peut être mauvais, surtout si de surcroît il possède la qualité de “Victime”, gage de probité morale automatique.

    (*) c’est probablement pourquoi, à mon modeste avis, le multiculturalisme représente l’antithèse de l’assimilationnisme: ce dernier suppose la dissolution de l'”Autre” dans le “Soi”( honni ) et supprime de facto toutes les caractéristiques ultra-positives fantasmées de l'”Autre”.
    Privé de son objet fantasmatique, le multiculturalisme n’a plus de raisons d’exister.

    ( le raisonnement est d’ailleurs curieusement proche chez les “identitaires”, qui rejettent aussi l’idée d’assimilation, non pas pour maintenir l'”Autre”, qui leur inspire au mieux que de l’indifférence, dans sa qualité d'”Autre”, mais en raison de l’altération qu’engendrerait sa dissolution sur les traits ultra-positifs fantasmés du “Soi”.
    Donc, paradoxalement et au-delà de leurs chamailleries formelles, multiculturalistes et identitaires forment une alliance objective.
    Bien que ces derniers s’en défendent la plupart temps, il clair, ne leur en déplaise, que leur conception est d’ordre raciste dans son sens le plus exact. )

  2. nabila
    April 14th, 2007 | 2:21 pm

    Très juste fingers! J’ai déjà lu sur ce phénomène ou on appelait les “identitaires” : les racialistes!
    Ce que c’est gens ne savent pas c’est que justement cette “alliance objective” et la racine du mal, puisqu’il s’agit de race…Et les muslims eux le savent, alors munis de textes sacrés sont en promotion de supériorité divine et cherche leur “force” dans les violences décrites et appliquées de cette religiosité. Lorsque les mosquées sont administrées par la ligue islamique mondiale en occident, cela pourrait faire frémir(même les apostats de l’islam)! Non on laisse faire les batailles intestines dans ses lieux de l’idéologie conquérante. Lorsque des gens à la double nationalité (munis de pétrodollars saoudiens) ont la libre circulation en occident, il ne faut pas s’étonner lorsqu’on fait appel à tous les musulmans dans les prêches et ce à travers le monde (sans compter que l’on ramasse des fonds!)…Tous les conflits actuellement dans le monde impliquent des islamistes.

  3. Alexandre
    April 15th, 2007 | 8:58 am

    Voici un extrait de http://www.udc-valais.ch/index.php?id=692

    “Peut-être M. … considère-t-il l’assimilation comme une mutilation qu’on ne
    saurait imposer à l’étranger qui s’installe chez nous. Mais il ne s’agit pas de couper
    les racines d’origine et de les remplacer par des prothèses. Il s’agit de transplanter
    es mêmes racines dans un nouveau terreau, en l’occurrence une nouvelle communauté
    définie par ses moeurs et ses institutions. Plongées dans ce nouveau terreau culturel,
    les racines trouveront une nourriture différente qui ne sera pas sans effets sur l’individu.
    Penser que l’assimilation est impossible, c’est adopter une attitude fixiste à l’égard de
    la nationalité: on part du principe qu’un Italien restera toujours italien, un Péruvien,
    péruvien, etc. Ce déterminisme est du même ordre que les considérations biologiques
    qui inspirent les théories racistes: l’individu serait enfermé dans sa nationalité comme
    les racistes pensent qu’il l’est dans sa race.”

  4. April 15th, 2007 | 10:15 am

    […] Ainsi, à chaque mosquée ouverte et exploitée, à chaque Coran vendu ou donné et lu, à chaque évocation des actes ou des paroles du prophète qui se sont révélées essentielles pour le succès de l’Islam, nous créons un peu plus les conditions nécessaires et suffisantes pour installer la barbarie médiévale parmi nous. Et il n’y a pas d’échappatoire à cette issue qui passe par le respect des croyances islamiques. En effet, dès que l’on prête foi à la simple existence de Mahomet, l’immense impact historique et actuel de la religion islamique incite très fortement à voir en lui un véritable prophète. Et si cet homme a existé et a été un prophète, alors les Ansar ont raison. De faire cela. […]

  5. April 16th, 2007 | 6:35 pm

    Cher AJM

    Ce rapport sur l’antisémitisme dans le monde pourrait vous intéresser. Il cite notamment une manifestation en Suisse clairement antisémite :
    http://antisemitism.tau.ac.il/asw2006/gen-analysis.pdf

    AJM: Oui, c’était fin juillet, à Berne: http://www.bafweb.com/2006/07/29/berne-le-hezbollah-est-dans-la-place