Alain Jean-Mairet » Temps Présent sur le Hezbollah – dépôt de la plainte contre la TSR auprès de l’AIEP
Compte TwitterAccueil

Temps Présent sur le Hezbollah – dépôt de la plainte contre la TSR auprès de l’AIEP

UPDATE: La plainte peut encore être signée jusqu’à la fin janvier! 

Le dossier et son contenu, en dix exemplaires (neuf juges et le secrétariat):

Recommandée
AIEP – Autorité indépendante 
d’examen des plaintes  
en matière de radiotélévision  
Case postale 8547
3001 Berne

Lucerne, le 16 janvier 2007

Plainte
Temps Présent du 26 octobre 2006

Madame, Monsieur,

Nous, plaignants au sens de l’art. 63 LRTV, déposons par la présente une plainte au sens de l’art. 4 LRTV (avis de médiation ci-joint), à l’encontre de l’émission Temps Présent diffusée par la Télévision suisse romande (52:11 min) le 26 octobre 2006 puis sur Internet, à l’adresse
www.tsr.ch/tsr/index.html?siteSect=500071&bcid=454687&format=450&vid=7199478.

Nous estimons que l’émission de Temps Présent susmentionnée ne permet pas au public de se faire une opinion valable sur les événements et les sujets qu’elle traite. À nos yeux, ses auteurs en ont sélectionné les faits, les témoins, les intervenants, les démonstrations, les commentaires et même parfois les effets de caméra de manière à:

  • présenter une organisation islamiste, terroriste et totalitariste comme un simple parti politique, armé mais bienveillant, voire bénéfique;
  • donner d’une meurtrière motivée par un calcul politique et non repentie l’image d’une personne plus que respectable; et
  • créer, reprendre à leur compte ou laisser sans contre-argumentation digne de ce nom une impression générale et un catalogue d’arguments incitant le public, d’une part, à condamner Israël de manière unilatérale, ce qui favorise la montée d’un antisémitisme moderne dans notre pays et, d’autre part, à considérer les méthodes de terroristes comme acceptables, sinon justifiées, et à croire, à tort, que la société islamique fondamentaliste prônée par le Hezbollah est compatible avec le mode de vie occidental.

À de nombreux égard, en effet, l’émission omet de soulever ou dénigre l’importance de faits pourtant essentiels à la bonne compréhension des sujets traités. Ainsi, elle évite de donner la parole à des intervenants dont l’action a été cruciale pour la situation qu’elle décrit et ne parle de cette action que de manière manifestement partielle et à travers le récit qu’en font des opposants déclarés à ces intervenants. Les auteurs de l’émission empêchent ainsi, par exemple, qu’une série de faits établis de manière objective, c’est-à-dire démontrés par des images, des films, des documents officiels, des témoignages de personnes directement impliquées (combattants du Hezbollah), des systèmes électroniques automatiques et des examens de pièces à conviction ne puissent venir remettre en question des affirmations basées sur la collecte de déclarations de simples passants que l’émission nous présente comme les travaux d’experts indépendants et à tel point dignes de foi que, selon la productrice de l’émission, leur «crédibilité ne peut pas être mise en doute» (déclaration prononcée lors de la séance de médiation).

L’émission, volontairement, fait l’impasse sur plusieurs aspects – historiques, politiques, culturels, religieux – qui sont indispensables à la compréhension des événements et des motivations des acteurs décrits. Ainsi, les auteurs prétendent vouloir décrire le Hezbollah mais évitent d’évoquer l’idéologie islamiste pourtant tout à fait incontournable de cette organisation – il est impossible de présenter un portait objectif au public d’une organisation qui se nomme le Parti de Dieu et qui base résolument sa propagande en langue arabe sur une vision bien précise de la religion islamique en en occultant totalement l’aspect religieux et les incidences de cet aspect sur ses motivations et ses ambitions. Cela équivaut à brosser le portrait du Parti National Socialiste allemand des années 1920 et 1930 en ne parlant que de la composante strictement socialiste de son discours.

De même, compte tenu de l’importance des aspects religieux dans les motivations, les comportements, les bases culturelles et les appartenances politiques d’une très large part des résidents de cette région, appelée communément «Terre sainte» par les adeptes de trois religions mondiales, le choix des auteurs de ne pas aborder cet aspect le moins du monde, alors même qu’ils disent, en introduction, ambitionner de «comprendre la complexité de ce pays» et d’«ouvrir les portes très fermées» du Hezbollah, un mouvement ouvertement théocratique, semble procéder de la quadrature du cercle.

En outre, l’absence, également volontaire, de toute perspective historique digne de ce nom conduit les auteurs à présenter les choses en fonction de témoignages peu éclairants, justement, sur la complexité du Liban. L’émission prend essentiellement pour guide Soha Bechara, une terroriste communiste (donc membre d’un mouvement dépendant du régime autoritaire alaouite de Damas, allié du Hezbollah) qui n’a aucune influence sur place depuis des années. Il donne ensuite la parole à ses parents, âgés, à des femmes au foyer et à l’un ou l’autre vieillard de passage, à des délégués d’ONG parachutés sur place après les faits, à des «amis» d’ailleurs, à un responsable du Hezbollah chargé de la «documentation» et à divers personnages d’apparence isolée et dont l’opinion, ou la crédibilité en tant que représentants des opinions qu’ils professent, n’est visiblement que marginale ou anecdotique au Liban.

Ainsi, l’émission ne donne la parole à aucun combattant, à aucun responsable militaire, à aucun responsable religieux, à aucun élu (à l’exception du maire d’une petite commune sunnite qui monnaie ouvertement son soutien politique au Hezbollah), à aucun Israélien, à aucun membre du gouvernement libanais, à aucun membre de l’opposition politique au Hezbollah, à aucun Chrétien ou Juif s’exprimant en tant que tel – en un mot à aucun adversaire déclaré du Hezbollah.

Une telle attitude aurait été justifiée pour un reportage consacré à des éléments purement culturels, d’où toute analyse politique aurait été soigneusement exclue, mais l’émission produit au contraire de nombreuses impressions fortement politisées. Ainsi, et ce n’est qu’un exemple représentatif de l’impression générale qui émane de l’émission, en présentant des doutes sur le caractère terroriste du Hezbollah («Alors, terroriste, le Hezbollah?») et en affirmant qu’il est au contraire considéré comme «le seul groupe capable de défendre le pays» et que «ses combattants sont de vrais résistants» et «des bâtisseurs» (NB: toutes ces citations sont tirées du commentaire de la journaliste), sans rappeler d’aucune manière les faits concrets qui lui ont donné cette réputation, les auteurs incitent le téléspectateur à porter un regard bienveillant sur cette organisation. Et cela va dans le sens des efforts de relations publiques du Hezbollah, et à travers lui de l’Islam radical, en Occident. Or cela équivaut à présenter au public une image gravement tronquée d’un organisme transportant un projet de civilisation dont la Cour européenne des droits de l’homme a clairement affirmé, en 2001 et en 2003 (affaire Refah Partisi), qu’il est incompatible avec la démocratie.

Lorsqu’on apprend, en outre, que le personnage clé de ce reportage, Soha Bechara, est actif politiquement en Suisse où elle vit avec un politicien de Vernier qui participe à l’organisation de manifestations où se mêle volontiers le Hezbollah (une vidéo prouvant cette affirmation peut être visionnée sur Internet), on ne peut plus pardonner les «choix» de l’équipe de Temps Présent en regard des obligations qui lui sont imposées par l’art. 4 LRTV en matière de présentation fidèle de la pluralité des événements et de la diversité des opinions. La télévision suisse romande, avec cette émission, se fait le porte-voix servile d’un mouvement politique terroriste – et ouvertement totalitariste de surcroît.

D’autre part, le fait de donner la parole aux alliés du Hezbollah et à des experts dont la neutralité est mise en doute par Israël sans laisser aux responsables israéliens la moindre possibilité de répliquer ou de s’expliquer donne de l’État juif une image très défavorable. Or, dans le contexte actuel de diabolisation d’Israël transportée par les médias arabo-musulmans et de mise en doute tonitruante de l’Holocauste jusque par des chefs d’État au cours de conférences mondiales réunies dans ce seul but, cette image vient s’inscrire dans un flot extrêmement dangereux de propagande antisémite. De fait, les organisations juives de Suisse peuvent faire état d’une dégradation de la situation à cet égard. Les amalgames, notamment, entre Israéliens et Juifs, deviennent plus fréquents et les remarques clairement antisémites se répandent de manière inquiétante dans notre pays.

Enfin, ce reportage où l’on voit Soha Bechara habillée à l’occidentale évoluer à son aise dans des milieux musulmans sinon visiblement rigoristes donne des sociétés islamistes une image trompeuse de tolérance envers le mode de vie occidental. Le fait est que plus une société est basée sur les lois islamiques, comme y aspire le Hezbollah, moins la femme peut y évoluer librement et à visage découvert. Cette réalité est certes diluée dans le contexte libanais de mélange des cultures, mais elle y perd du terrain avec la montée du Hezbollah, et le reportage donne une impression générale presque inverse, induisant ainsi le public en erreur sur un aspect crucial du regard à porter sur l’influence des mouvements islamistes.

Pour toutes ces raisons, nous estimons que l’émission en question viole la législation en vigueur et souhaitons prier l’Autorité indépendante d’examen des plaintes en matière de radiotélévision de statuer à ce sujet. Dans cette attente, nous vous prions d’agréer, Madame, Monsieur, l’expression de notre parfaite considération.

Pour la rédaction de la plainte (établie en dix exemplaires):

Alain Jean-Mairet

La présente plainte est soutenue par un total de 26 personnes majeures, de nationalité suisse ou titulaires d’un permis d’établissement ou de séjour en Suisse. Parmi les plaignants figurent deux conseillers nationaux et un député au Grand Conseil de Genève.

Les coordonnées des 26 plaignants sont indiquées aux pages suivantes.

En complément à la présente, nous joignons au dossier:

  1. l’avis de médiation
    confirmant qu’«une plainte peut être déposée auprès de l’AIEP»;
  2. la réclamation
    contenant un argumentaire détaillé des passages problématiques de l’émission;
  3. la lettre ouverte
    que nous avons adressée au médiateur en guise de proposition de solution à l’amiable, puis remis en mains propres aux responsables de la TSR lors de la séance de médiation, y compris une série de films et d’interviews, sur cédérom; et
  4. le compte rendu de la séance de médiation
    qui a réuni les responsables de la TSR et les délégués des plaignants le 19 décembre 200[6] à Lausanne et qui éclaire bien les différentes approches des auteurs de l’émission d’une part et des plaignants d’autre part.

UPDATE: Lire les intéressantes réflexions de Ludovic Monnerat sur la relation du citoyen avec les médias.

Comments

  1. ronan
    January 16th, 2007 | 6:22 pm

    excellente suite à cet épisode nauséabond !!!!

  2. Hunden
    January 16th, 2007 | 6:33 pm

    Pourquoi pas une poursuite pénale ? Le code pénal suisse ne punit donc pas l’apologie du crime ?

  3. Dan
    January 17th, 2007 | 3:26 am

    Vraiment bravo pour cette initiative.

    Cela donne du coeur à l’ouvrage pour enfin cesser de se laisser faire.

    Nous ne trouverons notre salut que dans la contre attaque.

    Dan

  4. January 17th, 2007 | 11:21 am

    Félicitations pour pousser la presse à être moins tendancieuse!

  5. Bertrand
    January 17th, 2007 | 2:55 pm

    Ce reportage m’avait ulcéré également, je salue votre civisme et votre courage en portant à bout de bras cette initiative !
    Visiblement, temps présent referme encore quelques relents de la Ligue marxiste révolutionnaire… dont certaines personnes qui ont collaborés à cette émission étaient proches…

  6. kitty
    January 21st, 2007 | 12:02 pm

    bonjour,
    merci aux Suisses résistants que 2007 leur soit favorable et que ce procès prenne toute l’ampleur qu’il mérite, qu’il fasse des vagues qui déferlent sur la France, que nos “merdias” à la solde des bien-pensants/mal-faisants fassent leur travail d’information ..

  7. BERGER
    January 26th, 2007 | 11:15 am

    La volonté de l’islam de s’approprier du Monde est évidente. Résistons .

  8. April 30th, 2007 | 2:34 pm

    […] Nous traquerons les mièvreries pro-terroristes, les reportages complaisants, les sélections d’informations trompeuses, les mises en page fallacieuses. Quotidiennement. Et les dénonceront ici, afin de créer un dossier suffisamment lourd et solide pour, à terme, changer la situation. […]

  9. Dia
    May 11th, 2007 | 4:34 am

    C’est bien dommage de voir que les siècles passent, et que les hommes font des progrès dans tous les domaines excepté dans celui de devenir meilleur en tant qu’être humain. Il est facile de parler et encore plus facile de juger depuis nos canapés bien au chaud, de les regarder de loin et de se permettre de décider ce qui est juste ou pas. De l’humilité, voilà ce qui manque a défaut de bon sens ou mieux, de “bonne foi”! Que savez-vous de la souffrance d’un pays en guerre quel qu’il soit? Bien-hereux que vous êtes de n’avoir rien d’autre a faire que de perdre du temps a faire des plaintes contre de la soit-disant désinformation. J’écris soit-disant car si c’était bien là votre principal objectif les plaintes iraient dans tous les sens

    AJM: Si vous trouvez une apologie d’Israël qui cache sciemment ses défauts ou une critique tout à fait exagérée de la politique de la ligue arabe à la télévision suisse, je vous serais reconnaissant de m’y rendre attentif.

    et peu vous importerait l’ideologie que tel ou tel article ou programme nuirait, vous la défendriez tout de même, comme ce n’est pas le cas vous vous rendez vous mêmes coupables de la partialité dont vous accusez ce programme. Comment pretendez-vous alors pouvoir nous défendre, nous autres pauvres téléspectateurs ignorants, dépourvus de tout esprit critique et, a vous entendre, juste bons a avaler tout ce que les médias nous servent. Un peu de serieux s’il vous plaît!

    AJM: Nous avons de bonnes raisons de penser, au contraire, que la répétition massive, par les principaux médias d’une société donnée, entraîne à terme l’acceptation des plus grands mensonges (http://ajm.ch/wordpress/?p=614), même si les gens en sont conscients au départ. Et s’il est en effet possible à tout un chacun de se procurer les éléments nécessaires à la formation d’une opinion informée, cela n’excuse nullement le parti pris de médias payés par la population précisément pour préserver l’équilibre de l’information.

    Hereusement internet est là, et je m’en sers. Et encore heureusement les gens parlent de plus en plus de langues, et ils s’en servent, pas seulement pour comprendre mais aussi pour s’exprimer et combattre sous toutes ses formes la vraie desinformation, la plus dangereuse, celle qui se veut bienveillante et dans laquelle beaucoup se laissent bercer. Ceux-la je vous les laisse comme disciples car ils sont endormis dans la facilité des discours apris par coeur mais écrits par d’autres pour eux. Les autres, ceux qui cherchent a voir les racines du mal quel qu’il soit et qui n’ont pas peur de découvrir que finalement eux mêmes ne sont pas tout a fait innocents, je veux en faire partie, ceux-la aideront a résoudre les conflits en admétant leur part de responsabilité.

    Cessez d’ajouter de l’huile sur le feu et surtout n’insultez plus notre intelligence et arrêtez d’essayer de nous faire croire que c’est pour notre bien et celui de notre société.

    AJM: Merci de cette démonstration d’humilité.

  10. Simon Néhmé
    January 2nd, 2008 | 10:34 pm

    Le film sur la Haine islamique est contre :

    1 – les démocraties en général et Israêl en particulier,

    2 – l’Homme en général, le Juif et le chrétien en particulier,

    3 – la Liberté en général et la Femme en particulier,

    4 – l’Enfance en général et l’Innocence en particulier,

    Il doit – et va – être diffusé par les Medias Suisses, puisqu’il est contre la Suisse en général et le Monde Libre en particulier.

    Dans la lutte pour la Civilisation et les Libertés Fondamentales, la Suisse, peuple et Nation n’a pas le droit de rester neutre et sombrer dans la pratique de la politique de l’Autruche ni de l’Ecureuil ni comme le reste de l’Europe, dans la collaboration pétainiste et la recherche de contrats tous azimuts et à tout prix.

    L’ex-Liban l’a fait. Tout le monde voit le résultat : négatif et destructif.

    Le coût de se relever du totalitarisme est de loin plus cher, plus pénible et plus long que d’éviter d’y tomber.

    ” The commands of Democracy are as imperative as its privileges ” Woodrow Wilson.

    Je vote OUI pour la diffusion du film.

    Simon Néhmé, Maronite Sioniste du Mont Liban, France.

  11. Simon Néhmé
    January 30th, 2008 | 2:39 pm

    Hier 29 janvier 2008, la chaîne Arte ( Franco-Allemande ), comme France 2 n’a pas dérogé à sa partialité et son offensive d’attardés passéistes en faveur du totalitarisme et de la propagande du terrorisme contre Israel et les démocraties, présentés comme actes de ” résistance “, ici dans sa composante résiduelle arabe communiste d’outre-tombe qui, faute de trouver de nouveaux adeptes à St.Petersbourg ( ex-Stalingrad ) ou dans les archives de l’ex-KGB par exemple croit – ou espère – les trouver dans des pays disloqués car dès le départ mal conçus ( ex-Liban).

    La fin du mois de janvier approche : je suis de ceux qui remercient les medias suisses qui, comme leurs autres collègues européens ne seront pas, sauf erreur de ma part, à leur dernier reportage sur des terrains sur les phénomènes terrorisants en l’orient proche et qui menacent nos libertés – celles des leurs aussi – de près comme ils le savent , de bien vouloir diffuser ce film.

    De quoi et de qui ont-ils peur ?

    Simon Néhmé