Alain Jean-Mairet » Où va la France?
Coordonnées de l'auteurGuide politiquement incorrect de l'IslamComment vaincre l'Islam démocratiquementAccueil

Où va la France?

Cela pourrait se jouer en partie dans ce digne bâtiment, celui du Palais de Justice de l’île de la Cité, où une affaire traitée aujourd’hui lui donnera une chance réelle de témoigner de l’état d’esprit du pays au début du XXIe siècle.

Saura-t-elle saisir la chance qui lui est offerte de dévoiler l’escroquerie du tailleur de l’empereur? Ou la Justice française se révélera-t-elle l’oxymoron que beaucoup de Français semblent anticiper?

Revoir les films. Relire le bloc-note de Richard Landes à l’automne passé. Jamais sans doute empereur n’a été si nu.

Comments

  1. September 14th, 2006 | 10:18 pm

    Alain,
    au vu de ce que j’ai vu cet après midi…je dirai que le verdict ne peut être en défaveur de media-ratings…ou bien c’est que les preuves ne servent plus à rien….

  2. September 14th, 2006 | 11:03 pm

    […] D’autres blogueurs consacrent également des billets à ces procès, parmi lesquels Jugurta, Ajm – qui a entamé ici le travail de traduction des notes de Mr Landes – et bien sûr Media-Ratings, actuellement sur le banc des accusés à cause de cet article. […]

  3. September 15th, 2006 | 6:17 am

    Merci Jugurta,

    Ton avis semble partagé par Richard Landes, qui a rédigé son compte rendu hier soir: http://www.theaugeanstables.com/2006/09/14/vive-la-france-republicain-elle-vit-toujours/

    French Republican values have scored a great first round victory today. This is the France that I fell in love with as a kid, and as a student reading Jules Michelet, and doing medieval history with intellectually vibrant people, the great souled people with wise and fair-minded institutions, and real ideals and commitment to integrity… the people of the Peace of God, and the early, heady days of the French Revolution.

    Nidra Poller était sur place aussi et a également été étonnée par la qualité des débats: http://politicscentral.com/2006/09/14/aldura_the_trial_part_two.php

    The trial was almost the opposite of what I expected. I thought the issue was going to get laminated in legalese, evaporated in ennui, entangled, garbled, swallowed up under the high ceilings of the 17th Correctionel Chamber of the Tribunal de Grande Instance. No, it was a genuine debate conducted in a civilized manner by intelligent responsible citizens aware of the importance of every word they uttered. Except, of course, for the Plaintiff, France 2-Chabot-Enderlin, who apparently thought they could flitter through the court with the same arguments and the same methods they have been using for the past six years to cover up the cover up.

    Elle devrait publier aujourd’hui un compte rendu plus détaillé. À suivre.

    Je signale aussi les dernières traductions de Pistache:
    http://insoumission.wordpress.com/2006/09/14/les-rushes-de-laffaire-al-durah/

    La dernière scène figurant sur les bandes de Talal du 30 septembre, juste après la séquence des al-Durah, montre un homme que l’on charge dans une ambulance au carrefour. Cette séquence, qui ressemble a beaucoup d’autres scènes pallywoodiennes filmées plus tôt ce jour-là (pas de civière, pas trace de sang, évacuation maladroite), ne concerne manifestement ni le père, ni l’enfant (puisqu’ils auraient dus être très ensanglantés, et évacués de derrière le baril). Si Talal avait eu des batteries encore suffisamment pleines que pour filmer cette séquence après celle des Al-Durah, pourquoi n’a-t-il pas pris plus de plans de la soi-disant bien plus macabre séquence des al-Durah – l’enfant « saignant pendant vingt minutes », la pluie de balles, leur évacuation ?

    http://insoumission.wordpress.com/2006/09/14/conversations-avec-charles-enderlin/

    Mon premier choc advint lorsque je réalisais que les prises de vues étaient tantôt sans intérêt (des jets de pierre), tantôt des séquences comiquement mises en scène. Lorsque le cameraman israélien qui visionnait ces séquences avec nous rit d’une séquence particulièrement bébête, je lui demandais pourquoi. « Elles semblent toutes tellement fausses », répondit-il. « C’est mon impression », acquiesçais-je. Sur quoi Enderlin observa : « Oh, ils font ça tout le temps ». « Mais », demandais-je alors, « s’ils font tout le temps des mises en scène, pourquoi ne peut-il en être de même avec l’affaire al-Durah ? ». « Oh », répliqua Enderlin nonchalamment, « ils ne sont pas assez bons pour ça. » [Ce n’est que bien plus tard que j’ai réalisé les implications de cette remarque – sans l’assistance d’Enderlin à la rédaction, leur travail n’arriverait jamais à « faire » l’actualité.]

    À terme, celles-ci serviront à créer une version française du site consacré à l’affaire par Richard Landes: http://www.seconddraft.org/

  4. September 15th, 2006 | 9:16 am

    À visiter régulièrement, le site personnel de Menahem Macina, le webmestre de l’UPJF, qui suit l’affaire depuis ses débuts avec beaucoup d’assiduité:
    http://www.debriefing.org/index0.php?sectionid=36

  5. September 18th, 2006 | 5:51 pm

    Jugurta relate le déroulement de cette audience sur extremecentre:

    Cette effroyable supercherie médiatique ne semble pas intéresser les médias. Comme le relève Jugurta, seul le Figaro se donne la peine d’en parler. Et même ce journaliste ne parvient pas encore à réaliser que l’histoire du petit Mohammed ne vaut pas mieux que les habits del’empereur.

    Où va la France?

  6. September 20th, 2006 | 11:30 am

    LIre cette interview (en anglais) de Philippe Karsenty, le principal accusé de cette première affaire:
    http://www.honestreporting.com/a/karsentyinterview.htm

  7. October 6th, 2006 | 5:51 pm

    […] Même en France, le principal berceau d’Eurabia (rappelons qu’Eurabia, contrairement à une opinion trop répandue, est le nom d’une revue dédiée, justement, au dialogue euro-arabe, et non un néologisme péjoratif, inventé par des critiques de ce dialogue) et du mensonge médiatique d’Al Dura, des policiers exigent maintenant des actions musclées: Il faut arrêter la police spectacle et s’attaquer aux vraies causes de la reprise progressive des émeutes de novembre 2005. (…) Nous souhaitons que des effectifs de police spécialisés, appuyés par des canons à eau pour disperser les casseurs et les émeutiers, soient redéployés 24h/24h au cœur des zones de non droit. Nous souhaitons que l’accent soit mis sur l’interpellation des meneurs, des agitateurs et des familles mafieuses qui tiennent les quartiers. […]