Alain Jean-Mairet » L’Europe résistera-t-elle à l’islamisation?
Coordonnées de l'auteurGuide politiquement incorrect de l'IslamComment vaincre l'Islam démocratiquementAccueil

L’Europe résistera-t-elle à l’islamisation?


par Daniel Pipes
Jerusalem Post, 3 avril 2008
VO: http://www.danielpipes.org/article/5503

En Europe occidentale certains analystes de l’Islam affirment que le continent ne peut plus échapper à son destin eurabique, que la tendance amorcée au cours du dernier demi-siècle va se poursuivre jusqu’à ce que les Musulmans y deviennent une population majoritaire et qu’y règne la loi islamique (la charia).

Je conteste cette vision des choses en montrant que le continent pourrait prendre une autre voie, celle de la résistance à l’islamisation et de la réaffirmation de ses traditions. Les Européens de souche – qui forment jusqu’à 95% de la population – peuvent fort bien exiger le maintien de leurs coutumes et de leurs mœurs historiques. S’ils le décident, rien ne saurait les en empêcher.

Et en effet, les Européens montrent des signes d’impatience face à la progression rampante de la charia. En France, la législation interdisant le hijab dans les classes des écoles publiques révèle bien les réticences des Européens à accepter les usages islamiques, de même que les efforts visant à interdire la burqa, les mosquées et les minarets. Les partis anti-immigrants voient leur popularité augmenter partout en Europe occidentale.

Cette résistance a pris un aspect nouveau depuis la semaine passée, à la suite de deux événements spectaculaires. D’abord, le 22 mars, le pape Benoît XVI en personne a donné le baptême, la confirmation et l’eucharistie à Magdi Allam, 56 ans, un Égyptien musulman de naissance vivant depuis longtemps en Italie, où il est l’un des principaux rédacteurs du grand quotidien Corriere della Sera et un auteur bien connu. Allam a pris Cristiano comme deuxième prénom. La cérémonie de sa conversion à la foi catholique ne pouvait pas avoir plus de lustre: elle s’est tenue pendant une célébration de la veillée pascale à la Basilique de Saint-Pierre, avec une couverture complète du Vatican et de nombreuses autres chaînes de télévision.

Allam ponctua sa conversion par une déclaration acerbe dans laquelle il affirme notamment «qu’au delà du phénomène de l’extrémisme et du terrorisme islamistes sur le plan mondial, les racines du mal sont inhérentes à un islam physiologiquement violent et historiquement conflictuel». En d’autres termes, le problème n’est pas simplement l’islamisme, mais l’Islam lui-même. Un commentateur, «Spengler», d’Asia Times, va jusqu’à dire qu’Allam «représente une menace existentielle pour la vie musulmane» parce qu’il «rejoint ses anciens coreligionnaires dans leur rejet de la culture dégradante de l’Occident moderne et leur offre quelque chose de tout différent: une religion fondée sur l’amour».

Ensuite, le 27 mars, Geert Wilders, 44 ans, présenta son court-métrage de 15 minutes très attendu, Fitna, constitué de certains des versets les plus belliqueux du Coran suivis d’actes respectant ces versets et commis par des islamistes ces dernières années. Le message évident est que les islamistes agissent en accord avec leurs écritures. Pour reprendre les termes d’Allam, Wilders affirme donc également que «les racines du mal sont inhérentes » à l’Islam.

Contrairement à Allam et Wilders, je fais la distinction entre l’Islam et l’islamisme, mais je pense qu’il est indispensable que leurs idées puissent être entendues, sans vitupérations ni punitions. Un débat honnête doit pouvoir s’instaurer sur le thème de l’Islam.

Si la conversion d’Allam a été une surprise, le film de Wilders était annoncé et attendu depuis trois mois, mais dans les deux cas, les réactions agressives et violentes qui ont répondu à des critiques précédentes de l’Islam ne sont pas intervenues. Selon le Los Angeles Times, la police hollandaise a contacté les imams pour évaluer les réactions dans les mosquées de la ville et ont indiqué que «les choses sont plus calmes que d’ordinaire aujourd’hui. Un peu comme lors d’une célébration.» Au Pakistan, un ralliement contre le film n’a réuni que quelques douzaines de protestataires.

Cette réaction relativement retenue indique que les menaces musulmanes suffisent à imposer la censure. Ainsi, le Premier ministre des Pays-Bas, Jan Peter Balkenende, dénonça Fitna et, après que 3,6 millions visiteurs l’aient vu sur le site web britannique LiveLeak.com, la société annonça qu’«à la suite de menaces très sérieuses, (…) nous sommes contraints de supprimer Fitna de nos serveurs» (mais LiveLeak a remis le film en ligne deux jours tard).

Trois similarités méritent d’être relevées: tant Allam (auteur d’un livre intitulé Viva Israele) que Wilders (dont le film met en exergue la violence des Musulmans contre les Juifs) soutiennent Israël et les Juifs; les menaces musulmanes contre leur vie les ont obligés tous deux à vivre sous une protection policière permanente fournie par l’État; et, à un niveau plus profond, ils partagent une passion pour la civilisation européenne.

En fait, Allam et Wilders pourraient bien représenter l’avant-garde d’une réaffirmation chrétienne et libérale des valeurs européennes. Il est trop tôt pour émettre des pronostics, mais ces hommes dévoués pourraient donner une impulsion décisive pour le maintien de l’identité historique du continent.

UPDATE: Les lecteurs italophones seront sans doute intéressés par le site de Magdi Allam: http://www.magdiallam.it

Comments

  1. April 1st, 2008 | 11:12 am

    Les résistants étaient des racistes allemands, dont l’anti-nazisme primaire dissimulait mal la haine anti-allemande, et dont tout le discours montrait qu’ils essentialisaient le nazisme pour essentialiser “l’allemand” et ne songeaient à interdire Mein Kampf que faute de pouvoir réaliser un auto-dafé des allemands….

    Voilà le niveau de la prose de nombre d'”anti-racistes” contemporains … et d’en appeler aux Etats européens pour condamner … les “racistes” anti-islam !
    Dernier exemple en date : Dominique Sopo, s’attaquant à Geerts Wilders, dans Libération

    “Le film de Wilders renforce le choc des extrémismes”
    Dominique sopo président de SOS Racisme. lundi 31 mars 2008
    ” Nous sommes encore moins face à un défenseur de la liberté mais face à un provocateur raciste qui maquille d’un prétendu amour de la liberté occidentale une obsession antiarabe et (ou) antimusulmane. L’essentialisation d’un texte «sacré» spécifique (c’est-à-dire très exactement ce que veulent faire les forces intégristes) n’est que l’antichambre, chez Monsieur Wilders, de l’essentialisation des individus qui s’y référeraient, à savoir les musulmans.”
    “Enfin, on peut noter – avec inquiétude – la faiblesse ou le caractère hallucinant des réactions officielles de nombre d’Etats. Ainsi, les réactions politiques des Etats européens sont manifestement défaillantes. Incapacité à désigner Wilders pour ce qu’il est (un personnage qui joue sur le racisme et non un trublion libertaire).”

    Voir mon texte sur l’essentialisation, ce mauvais prétexte, cette escroquerie intellectuelle qui a pour but d’interdire la critique d’une doctrine en faisant mine de défendre ( ce qui serait légitime) les personnes qui sont “rattachées” à cette doctrine.

  2. April 1st, 2008 | 11:39 am

    Pipes : “Contrairement à Allam et Wilders, je fais la distinction entre l’Islam et l’islamisme”.

    Tsss….. Toujours le même trou persistant dans sa lucidité, par ailleurs aiguisée !

    Tiens, c’est le moment de vous signaler sur mon blog une nouvelle traduction d’un article de l’excellent historien John David Lewis :

    “No Substitute for Victory”
    The Defeat of Islamic Totalitarianism

    traduction de Naibed:
    “Pas d’alternative à la Victoire: la défaite du totalitarisme islamique

    Un espoir qu’il soit entendu, avec Mc Cain ?

  3. April 1st, 2008 | 11:47 am

    traduction de Naibed/ Résumé ici:
    “Pas d’alternative à la Victoire: la défaite du totalitarisme islamique

    NB : vous pouvez consulter le dossier complet en démarrant ici : et en appuyant sur [SUIVANT] en fin de chaque chapitre (6 en tout)

  4. April 1st, 2008 | 11:55 am

    Bonjour à tous ,

    Il y a deux « potions magiques », pour remédier à le triste état des lieux !

    Dire « non », sans violence, mais avec fermeté .
    Soutenir, ceux qui ont le courage de dire « non » ?

    Bien sur, vous risquez de la violence, parce que actuellement,
    tout le monde « écrase » ?

    Et chaque fois que vous dites « non », vous êtes un « raciste » .

    Un exemple anodin, mais significatif, de la lâcheté et de la démission générale :
    un café parole, une rencontre de « dialogue » interreligieux avec un Imam ?
    En réalité, un Imam va nous expliquer, que nous avons tort de pas être Musulman.

    Je commande une Bière Trappiste, Le garçon ennuyé, je ne peux pas vous, la responsable a demandé de ne pas servir de Bière ou d’Alcool, pour ne pas « offenser » l’Imam ?

    Dans ce cas, je prends rien, que je dis très fort ?

    Mais vous devez consommer ?

    Parlant plus fort, je suis prêt à consommer, il y a un tarif :
    il est marqué : Bière Trappiste ?

    Du coup ! D’autres personnes suivent !et une dizaine de personnes refusent de consommer !

    Explications orageuses entre le patron de l’établissement,et la responsable ?

    Finalement, on sert de la bière, du vin, des alcools !

    Une piètre victoire sur la mesquinerie, et la lâcheté !
    Il suffit d’une personne, qui dit poliment ?

    SANS VIOLENCES

    mais fermement

    « Non »

    pour que d’autres suivent !

    Les Européens ont choisi le déshonneur pour éviter des « problèmes », ils ont les « problèmes » et le déshonneur ?

    Salutations.

    Jacques dit le têtu, je refuse de manger « Hallal », ou d’aller dans des restaurants « Hallal ».

    Ni Violent, ni vulgaire, mais pas question d’être un soumis.

  5. April 1st, 2008 | 11:59 pm

    Ce ne sont pas des réactions individuelles tardives de refus de se laisser islamiser, toutes méritoires qu’elles puissent être sur le plan individuel (surtout quand on voit le loppetisme généralisé) , qui vont changer fondamentalement quelque chose. Il est hélas bien trop tard pour cela, et votre réaction prêterait à sourire par sa candeur, si la situation n’était déjà devenue aussi tragique.

    Si vos réactions servent à justifier votre refus de toute violence, même le juste emploi de la force de représailles à titre de riposte légitime, alors, elles ne sont plus un acte de bravoure, mais un acte de lâcheté, une caution de plus apportée à ce mauvais pacifisme, qui fait fi de notre droit imprescriptible de légitime défense. Droit absolu, et supérieur à tout autre. Droit au-dessus duquel on ne saurait tolérer aucune (pseudo-)norme « morale », serait-elle religieuse ou idéologique.

    Et a fortiori si c’est celle d’un masochisme chrétien, fondé sur une mauvaise compréhension des évangiles en général, et du “tendez la joue gauche” de Jésus.

    Pour rappel: les romains souffletaient souvent les juifs du dos de la main, comme des domestiques ou des esclaves, atteignant du dos celle-ci (la main droite en général) la joue droite de la personne qui leur faisait face. Tendre la joue gauche n’est donc pas un acte de soumission, mais bien un acte de refus, de fierté. Tendre la joue gauche permet de regarder l’agresseur en face et contrarie sa volonté d’humilier l’autre, de l’obliger à se soumettre. Tendre l’autre joue (la joue gauche), c’est obliger à frapper de la paume, ce qui rétabli un certain équilibre entre le statut de l’agressé, vis-à-vis de l’agresseur. C’est un pas important vers la rébellion. D’ailleurs, au moment où le centurion frappe Jésus, loin d’accepter l’humiliation, il le toise et le somme de s’expliquer « pourquoi me frappes-tu ? ». De même, le dixième commandement ce n’est pas « tu ne tueras point », comme le laissent croire de mauvaises traductions, mais « tu n’assassinera point », ce qui est une fameuse nuance ! Jésus n’abroge pas les lois de l’ancien testament (n’en déplaise à St Paul), il les modère : aimer jusqu’à son ennemi signifie lui donner l’occasion de s’amender, pas celui de nous tuer. Et, n’en déplaise à René Girard, Jésus ne meurt pas sur la croix pour que les chrétiens fassent de même, il le fait pour racheter leurs fautes.

    Le pacifisme, l’histoire nous l’enseigne, est la pire des choses, une abjection meutrière. Et le masochise chétien, une perversion. Tant du point de vue de la loi naturelle que sur le plan des évangiles : sur ce dernier point, René Girard peut replier ses théories foireuses.

    Lisez Ayn Rand, dans son essai sur la nature du gouvernement :
    http://naibed.blogspot.com/2008/03/pas-dalternative-la-victoire-4.html

    « Ayn Rand, dans son essai sur la nature du gouvernement, a observé une relation vitale entre le droit de l’homme à la vie et son droit à l’auto-défense :

    La conséquence nécessaire du droit de l’homme à la vie est son droit à l’auto-défense. Dans une société civilisée, la force peut être utilisée, mais seulement à titre de représailles et uniquement contre ceux qui ont pris l’initiative de son utilisation. Toutes les raisons qui font de l’usage initial de la force physique un mal, rendent légitime le droit d’user de celle-ci à titre de rétorsion, et en font un impératif moral. Si certaines sociétés qui se disent “ pacifistes ” renoncent à l’usage de la force comme moyen de rétorsion, elles se rendent impuissantes, se mettent à la merci du premier voyou qui a décidé d’être immoral. Une telle société atteindrait le contraire de l’effet escompté : au lieu d’abolir le mal, ce dernier est, au contraire, encouragé et récompensé. »

    Prôner un pacifïîîïsme qui n’est qu’une tromperie, ou un masochisme chrétien qui est une imposture, vous mets, que vous le vouliez ou non, du même côté que les idiots utiles et les compagnons de route de cet obscurantisme abject qu’est l’islam.

    L’Occident doit retrouver ses crocs. Ceux qui cherchent à limiter le doit de l’occident de se défendre, et qui dénient son droit à exercer des représailles même impitoyables sont des traîtres à la liberté.

  6. 17lilith153
    April 6th, 2008 | 4:52 pm

    Tous les totalitarismes ont été vaincus, balayés, jetés aux orties parce que tous relèvent de la maladie mentale la plus répandue : la paranoïa. On ne voit pas pourquoi l’islam ferait exception à la règle. Comme tous les totalitarismes, l’islam sème la peur, la mort et le désastre en prétendant ainsi sauver l’humanité. Son homologue Schickelgrüber s’y prenait de la même façon et l’islam finira comme lui.

  7. April 9th, 2008 | 4:46 pm

    C’est ‘Schicklgruber’, et c’est le patronyme d’Alois, le père d’Adolf Hitler, avant qu’il ne soit légitimé par le mari de sa mère. Son fils, Adolf ne s’est jamais appelé qu’Adolf Hitler.

    Pour en revenir à l’islam, comme les autres totalitarismes, et en particulier le nazisme, il ne disparaîtra que si nous sommes près à lui livrer une guerre acharnée.

  8. Beaugeard F.
    April 30th, 2008 | 3:11 am

    Je ne suis pas d’accord avec cette vision americaine ,donnee dans cet article, de l’Europe :

    tous les ressortissants-citoyens europeens d’origines de pays musulmans, ne sont pas …. musulmans.
    Ils ne sont plus. Peu, meme en vieillisant, le deviendront. Ils auraient sinon, depuis longtemps, reuni l’argent pour leurs mosquees, etc…

    Certes le risque est grand, mais grace a ce site, l’education, les valeurs europeennes, le style de vie, les libertes, la sciences et le rationalisme, il est possible qu’ils choisissent Voltaire a Mohamed.
    Sinon, l’integration de rituels latins (ou grecs orthodoxes ou des ressortissants chretiens orientaux)dans nos eglises, comme l’offensive evangelique protestante, pourra satisfaire a leurs besoins de spiritualites via la religion.

  9. Beaugeard F.
    April 30th, 2008 | 3:15 am

    Ils ne le sont plus, comme les europeens ne le sont plus non-plus, religieux.
    Ils sont de culture judeo-chretienne tendance laicisation du Siecle des Lumieres.

    Maintenant a nous de propager ce postmodernisme chez eux.
    Et la liberte de conscience, la democratie et la societe du plaisir.