Alain Jean-Mairet » 2006 » October
Compte TwitterAccueil

Les ruses perverses du Hezbollah

D’après ce compte rendu paru dans le Washington Post, les membres du Hezbollah avaient confisqué des pièces d’un grand nombre de maisons proches de la frontière avec Israël et les avaient transformées en postes de lance-missiles prêts à servir, avant d’en sceller les portes.

Au début de l’offensive, qu’ils ont lancée le 12 juillet, en tuant trois soldats israéliens et en en capturant deux autres sur territoire israélien, ils distribuèrent les adresses des maisons à leurs troupes, qui avaient pour mission de démolir les parois en scellant les portes et les fenêtres et de desservir les armes déjà pointées sur les villes israéliennes.

Mais les services de renseignement israéliens avaient repéré la majeure partie de ces installations. Presque chacune d’elle constituait une cible déjà définie en cas de coup dur. C’est pourquoi les tirs et les bombardements furent si nourris dès le début — l’armée éliminait systématiquement tous les postes de tirs recensés.

Le Hezbollah (Parti de Dieu) a ainsi sciemment établi et mis en oeuvre une stratégie maximisant le nombre de victimes civiles, ou à considérer comme telles, tant en Israël, en visant les centres de population, qu’au Liban, en faisant des demeures des habitants ainsi équipées autant de cibles militaires pour les troupes israéliennes.

Ah, un détail encore:

L’ambassadeur israélien auprès des Nations Unies, Dan Gillerman, fit allusion à ces tactiques illégales du Hezbollah deux jours après le début du conflit, mais son intervention n’a pas semblé intéresser les médias, qui n’ont pas enquêté plus avant.

La TSR fait la propagande des terroristes, suite 5

Une nouvelle lettre de téléspectateur indigné par l’émission Temps Présent de jeudi passé.

From: Harry Hayes
Sent: Tuesday, October 31, 2006 2:24 PM
To: temps.present@tsr.ch
Cc: info@bakom.admin.ch  info@americancongressfortruth.com
Subject: Swiss Television supports terrorism

Gentleman,

I was totally flabbergasted at observing your film, made in collaboration with a convicted terrorist and attempted murderer.

The terrorist, Soha Bechara, gained the confidence of the family of a Lebanese General by pretending to give Jane Fonda exercise lessons to his family members.
Once she had manipulated the family and gained their confidence by allowing her into their home, she carried out a premeditated murder plot against him, shooting General Antoine Lahad in the heart and the shoulder.

And now, following her release from prison and refuge in Geneva, your television engaged her to help you carry out propaganda in favor of Hezbollah terrorists, whom you and she refer to as the resistance. Soha Bechara even goes so far as to say that she has “… all my respect for Hezbollah.”

Gentlemen, this is totally unacceptable and even seems illegal !

As a Swiss citizen I regret that our tax money and reputation goes towards the glorification of terrorism. I wonder if propaganda ploys such as yours will put ICRC officials in further harm as Switzerland is surely losing its status as a neutral country.

Equally, also as an American citizen, let me remind you that those terrorists whom you and Soha Bechara support, Hezbollah, are also responsible for the suicide murder of 241 United States Marines and 58 French soldiers in Beirut in October 1983, there for peacekeeping purposes and even defending Palestinian terrorists that were defeated in Lebanon. Those same murdering fanatics whom she says that she has “… all my respect for.”

Now then, as you take her into your arms for a return to Lebanon to visit terrorists and lend support to terrorism, have you ever given thought that should a terrorist feel “humiliated” by Switzerland (as Soha Bechara said that she felt humiliated by Israel) and attempted to kill a public leader of Switzerland how would you feel if Swiss or another television interviewed that murderer and made it clear that they felt sorry for her and her “cause”?

Further, should a family member of one of the 241 Marines killed by a Hezbollah homicide bomber feel humiliated by the likes of someone like Soha Bechara and shot HER in the heart and arm, would that be justified ?

You should feel proud ladies and gentlemen, real proud !
Those like you who try to play with terrorists and terrorism cannot support international terrorism nor appease international terrorists without setting off the powder keg of terrorism right here at home.

Harry W. Hayes

Voir aussi:
Projet de plainte contre la TSR
Le Hezbollah et ses boucliers civils — un témoignage
La TSR fait la propagande des terroristes, suite 4
La TSR fait la propagande des terroristes, suite 3
La TSR fait la propagande des terroristes, suite 2
La TSR fait la propagande des terroristes, suite
La TSR fait la propagande des terroristes

Israël — un État sous surveillance

Le saviez-vous? Les Nations Unies paient un professeur de droit depuis cinq ans pour répertorier les violations des droits de l’homme commises dans les territoires palestiniens. Par des Israéliens. Uniquement par des Israéliens. Comme l’individu, John Dugard, le rappelait lui-même en introduction à son dernier rapport:

J’ai un mandat limité qui consiste à enquêter sur les violations des droits de l’homme commises par des Israéliens, pas par des Palestiniens.

C’est unique. Il n’y a même pas de spécialistes des Nations Unies chargés de répertorier les exactions des mouvements terroristes qui se réclament eux-mêmes de l’action violente, dont il existe justement plusieurs variantes dans les mêmes territoires, dont le mouvement qui en forme le gouvernement actuel.

Et cela explique en grande partie pourquoi tant de gens sont persuadés que les Israéliens sont «méchants». Ils encaissent des attaques terroristes depuis des lustres. Mais seules leurs réactions à ces attaques sont placées sous les loupes surpuissantes de la presse politiquement correcte qui s’abreuve à la fontaine empoisonnée des Nations Unies.

Les attaques de Gaza en octobre

Ces informations (référencées), et beaucoup d’autres, ont été transmises à toutes vos rédactions préférées. Qu’en ont-elles fait, exactement? Si vous préférez les recevoir directement, adressez-vous plutôt à la source.

Oct. 29 – Two Qassam rockets were fired into Israel from Gaza. One landed in Sderot and the other in the western Negev, north of the Karni crossing. One woman was treated for shock and one structure was damaged.

Oct. 28 – Four Qassam rockets were launched into Israel from Gaza. Four mortars were also fired from Gaza and landed near Kibbutz Nahal Oz.

Egypt deployed an additional 3,000 security forces to the Gaza border, according to an Egyptian official, due to “fears of Palestinian militants breaching the border wall between the Gaza Strip and Egypt.”

Oct. 26 – Israel prevented a shipment of 13 lbs. (6 kg) of TNT from reaching the West Bank through a Gaza-Israel passage.

Oct. 23 – Three Qassam rockets were launched from Gaza, two of which landed in the city of Sderot. Two vehicles were damaged and several residents were treated for shock.

Oct. 22 – Two Qassams were fired into Israel from the northern Gaza Strip, one landing south of Ashkelon.

Oct. 21 – Four Qassam rockets were launched into Israel from Gaza, landing in Sderot.

An anti-tank missile was fired at IDF troops near the Gaza anti-terrorist security fence.

Oct. 20 – Five Qassam rockets were launched from Gaza, one landing south of Ashkelon. One resident was wounded by shrapnel. Several people were treated for shock. An apartment building in Sderot was damaged when it was directly hit.

Five mortar shells were also fired from Gaza.

Three Bedouin were arrested in Sinai, Egypt en route to smuggle 200 crates of automatic weapons into Gaza.

Oct. 19 – IDF announced that nine tunnels were uncovered between the Egypt-Gaza border.

Oct. 16 – One Qassam was launched at the city of Sderot, landing near a home and another rocket landed near the western Negev Kibbutz Nir Am. In Sderot, one person was lightly injured and six others were treated for shock.Of the two Qassams, one of them bared the Hebrew inscription “Al-Quds” for the first time. The Hebrew inscription signified that the terrorist group – Al-Quds Brigades – closely associated with Islamic Jihad, was responsible for the rocket attack.

Oct. 14 – Two Qassam rockets landed in Sderot. One of the rockets damaged a fence adjoining a home in Sderot. Three residents were lightly wounded and one home was damaged.

Oct. 13 – Six Qassams were fired from Gaza and landed in the western Negev area.

Oct. 12 – Five Qassam rockets landed in the western Negev.

Oct. 8 – “Al-Qaeda in Palestine” claimed responsibility for blowing up an Internet café in Gaza.

Oct. 7 – Qassam rockets were fired into Israel from Gaza; one landed next to Sderot Mayor Eli Moyal’s home.

Oct. 6 – A tunnel collapsed under the Gaza-Egypt border from an explosion, trapping five Palestinian militants inside and killing at least one. The Al-Aqsa Martyrs’ Brigades, a violent offshoot of Palestinian President Mahmoud Abbas’ Fatah movement, said the five were members of the group.

Oct. 5 – Two Qassams landed in the western Negev.

Oct. 2 – Two Qassam rockets were fired into Israel from northern Gaza.

Oct. 1 – One Qassam rocket hit a home in Sderot, wounding a 76 year-old woman and an 11 year-old boy. Five other residents were treated for shock.

Black & White World — le troisième est en couleur

Note: ceci EST une publicité.

La TSR fait la propagande des terroristes, suite 4

Voici quelques réactions des téléspectateurs à l’émission de Temps Présent à laquelle j’ai déjà consacré les posts suivants (ordre chronologique inverse):

Projet de plainte contre la TSR
Le Hezbollah et ses boucliers civils — un témoignage
La TSR fait la propagande des terroristes, suite 3
La TSR fait la propagande des terroristes, suite 2
La TSR fait la propagande des terroristes, suite
La TSR fait la propagande des terroristes

Il s’agit de la sélection de la TSR, reprise telle quelle de son site (31.10.06/11:50) et qu’elle présente comme étant «des extraits de vos réactions les plus intéressantes, les plus drôles, les plus méchantes ou les plus représentatives»:

Temps Présent “Soha, retour au pays du Hezbollah” du 26 octobre 2006 

Irgendwie braucht es wohl schon eine sonderliche (absonderliche?) (An)Sicht auf die Dinge, um solche Aussagen machen zu können (sur, pas par le Hesbollah).
Schade, dass die Journalisten da nicht etwas tiefer “nachgebohrt” haben.
(Sorry für mein nicht Französisch; mein geschriebenes Französisch wäre nicht lesbar / -> “unhöflich”.)

Merci pour ce reportage audacieux, loin des clichés et des débordements émotionnels inutiles.

Après ce film de propagande pour le Hezbollah, qui aurait fait frémir Goebbels de jalousie, allez-vous aussi nous montrer l’autre visage de ce parti qui entretient la haine du juif chez ses enfants les plus jeunes, ou nous montrerez-vous la souffrance des Israéliens sans cesse menacés depuis 1948 par les agressions répétées de ces prétendus combattants? Et pour quelle raison votre journaliste n’a-t-elle pas eu l’honnêteté de demander à Soha pourquoi elle ne résistait pas aussi à l’occupation syrienne ? ni juif, ni israélien, mais indigné par tant de malhonnêteté

J’ai apprécier votre émission, plus objective et complète que ce que l’on a pu voir en France. Néanmoins j’ai quelques critiques :
– il me semble un peu simple d’exploiter les images tragiques de la dernière guerre au liban. Il est facile de faire pleurer dans les chaumières! Les images de la télé ne nous informent pas objectivement de telle ou telle situation.
– C’est quand même le Hezbolla qui scienment a déclenché cette guerre par une provocation armée en territoire israelien. Pourquoi ? – tactique de politique interne ? – décision forcée par l’Iran qui voyait la ( avec succès) un diversion pour retarder sa mise en cause mondiale dans sa course à l’armement nucléaire ? – Et le rôle de la syrie ?
– depuis 6 ans toute la communauté internationale ( et en particulier Israel et les Américains) connaissait la course au surarmement du Ezbolla alimentée par l’Iran et la Syrie. Ce n’était pas une stratégie de paix. Cela pourrait expliquer la riposte violente d’Israel …
– Et la situation des fermes de cheba : les rendre à qui ? Liban, Syrie ? qui ne peuvent se mettre d’accord.
Les faits “à chaud” sont difficiles a analyser. Plustôt que de s’arrêter au sensationnel il serait utile pour une bonne information des citoyens que les médias approfondissent la recherche des causes et motivations.
Dans cette région du monde, depuis que les Anglais ont flanqué la pagaille en décidant de la création de l’Etat d’Israel sans en assumer les conséquences( pas plus que les Nations Unies!) , ils nous est ( nous simples spectateurs) de savoir ce qui s’y passe.
Mefci quand même pour votre émission globalement positive.

Reportage passionnant, fort et émouvant. Magnifique Soha Bechara.
Merci!

Votre reportage est une insulte à l’histoire, à la vérité, à la justice et aux faits! Rien sur les victimes Israéliennes, rien sur le fait que le Hezbollah utilise sans arrêt des civils comme boucliers (c’est un crime contre l’humanité!!!), rien sur le million de déplacés en Israël, qui ont du quitter leur maison du nord! Vous présentez Soha comme une héroïne, issue d’une famille non-extrémiste (dois-je vous rappeler que le communisme a fait plus de 100 millions de morts au siècle dernier?). C’est une meurtrière, pure et simple. Quant à la milice du générale Lahad, elle n’a jamais été sous les ordres d’Israël, mais combattait lors de la guerre civile d’autres milices. Lors de la guerre civile, aussi bien les chiites que les sunnites ont commis des exactions et ils ne savent pas ce que c’est les droits de l’homme. Consultez l’histoire!
Vous faites de la propagande digne de Goebbels et Staline réunis! Vous êtes en train de mentir et de nourrir un sentiment d’anti-sémitisme et anti-israélien. Quand je regarde votre reportage je suis outré. Ce n’est pas digne de journalistes! C’est de la propagande pure et dure. Le hezbollah est un mouvement terroriste!! Les actes terroristes au Liban, en Argentine, à Paris, etc… c’est de la résistance? Contre quoi? Contre qui? Israël n’est plus au Liban!! Vous diffamez toutes les victimes du terrorisme de Hezbollah! Ce reportage est une insulte!
J’ai l’impression de revenir à l’époque de l’Allemagne nazie!!!! C’est indigne!

Comment la télévision d’un pays démocratique peut-elle accepter un film de propagande comme celui-ci?
Pas le moindre souci d’honnêteté ou d’objectivité. La barbarie à visage humain ! Les commandants de camps de concentration aimaient aussi Goethe et Mozart et étaient de bons pères de famille. Soha a été élevée dans la haine d’Israel et la perpétue. Si elle résiste à l’occupant juif, elle ne s’oppose pas à lenvahisseur syrien car les deux sont mus par la même haine, celle du juif. Mais cela, vous vous gardez bien de le dire. Ce document de propagande pour le Hezbollah est une insulte à l’intelligence et à l’intégrité.

Ce reportage qui se veut objectif est assez strictement unilatéral, anti-israélien et pro-Hezbollah. Et même les propos des invités de Human Rights Watch le confirment quand la responsable explique que le Hezbollah ripostait par ses tirs de Katioucha aux attaques israéliennes alors que c’est exactement le contraire qui s’est produit.
Je ne vous félicite pas pour le manque d’objectivité manifeste de ce reportage.

Vous m’excuserez, mais je n’ai pas pu regarder ce reportage jusqu’a la fin, car j’étais écoeuré, je m’explique;
Vous faites l’apologie d’une criminelle! C’est dur d’être un meurtrier, car on se sent inévitablement repris par sa conscience, sauf si on n’en a plus!
Mais quand on vient faire un reportage sur vous, alors cela nous conforte dans notre acte qui devient un acte héroïque de résistance. De résistance à quoi? De résistance stupide.
Si Israêl avait occupé le sud Liban, vous le savez, et tout le monde entier le sait, c’était pour se protèger de tous ce intégristes haineux evers Israël qui s’établissaient dans cette région (grâce a la faiblesse du gouvernement Libanais)et formaient des réseaux terroristes contre Israël.
Israël a abandonné ces positions depuis longtemps, mais le Herzbollah a pris la place pour y développer ses réseaux et actions terroristes et des arsenals de missiles en destination d’Israël qui en l’occurence n’a rien contre les Libanais et bien au contraire!
Cela faisait 6 ans que le Herzbollah terrorisait Israël avec ses missiles, et sans compter les diverses incurtions meurtrières. Le gouvernement Libanais restant silencieux, approuvant de gré ou de force.
Le vrai reportage aurait consisté pour un reporter courageux d’interroger les Libanais qui ne portent pas le drapeau jaune et leur demander sous couvert ce qu’ils pensent du Herzbollah, et vous auriez vu que la GRANDE MAJORITE n’a pas les idées de Soha, mais désirent être débarassés de ces fanatiques qui n’apportent que guerres et désolation. Que fait là l’ONU? Que font les reporters, ils attisent un sujet brûlant qui marche bien qui trompe l’opinion publique en retournant carément l’objectif vers des tromperies!
Mais laissez donc tranquille Israël dans le pays qui lui a été attribué, sans l’attaquer, sans vouloir le raser de la terre et vous verrez que c’est un peuple pacifique et utile pour le monde grâce a ses inventions et sa bénédiction dont nous pourrions profiter!
Je voudrais dire plus, mais nous sommes malheureusement dans un monde et (une Suisse) profondément anti-sémite, alors je me dis; A quoi bon?????

Iran – l’heure de la décision


par Daniel Pipes
New York Sun, 31 octobre 2006

Lorsque le gouvernement iranien annonça, la semaine passée, un doublement de son programme d’enrichissement d’uranium, les Nations Unies se chamaillèrent autour d’un projet de résolution européen peu impressionnant. Il consisterait en rien de plus qu’en l’interdiction faite aux étudiants iraniens d’étudier la physique nucléaire à l’étranger, le refus d’octroyer des visas aux Iraniens travaillant dans le secteur nucléaire et la cessation de l’assistance au programme nucléaire iranien – oh, mais à l’exception de la Russie.

Sur quoi débouchera l’interminable série d’initiatives décousues censées prévenir une crise avec l’Iran? Sur des appels dramatiques à un vote du Conseil de sécurité à New York? Sur des négociations permanentes, 24 heures sur 24, avec l’Agence internationale de l’énergie atomique à Vienne? Sur le mandat d’un envoyé spécial de l’Union européenne élaborant un compromis à Téhéran?

Rien de tout cela, je pense, car tous ces scénarios présupposent que Téhéran finira par renoncer à  son rêve d’armements nucléaires. Or les derniers développements ne l’indiquent pas:

  • Déclarations hostiles et provocatrices envers l’Occident. La plus notable de celles-ci a peut-être été l’injonction à l’Europe du président iranien Mahmoud Ahmadinejad de ne pas soutenir Israël: «Nous avons indiqué aux Européens que les nations [islamiques] sont telles un océan prêt à déborder, et si un orage éclate, ses dimensions ne se limiteront pas à la Palestine, et vous pourriez en être affectés.» Plus scandaleusement encore, le chef du pouvoir judiciaire, l’ayatollah Mahmoud Hashemi Shahroudi, menaça les États-Unis, les disant «sur le point d’être annihilés».
  • Ambiance de messianisme au plus haut niveau du gouvernement. En plus de l’enthousiasme général pour le mahdaviat (foi en le mahdi, un personnage censé apparaître à la fin des temps, et efforts visant à préparer sa venue), des sources dignes de foi relatent qu’Ahmadinejad croit posséder un contact direct avec «l’imam caché», un autre personnage central de l’eschatologie chiite.
  • Urgence du programme nucléaire. Depuis 2005, renforcé par l’aubaine économique des revenus pétroliers et gaziers, le régime a systématiquement pris les mesures les plus énergiques possibles en vue de rejoindre le club nucléaire, notamment en démarrant l’enrichissement d’uranium en février.

Ainsi, un Téhéran concentré, confiant et déterminé fait face à des Russes, des Arabes, des Européens et des Américains désordonnés et inefficaces. Il y a encore six mois, un effort externe coordonné aurait pu générer une pression effective au sein de la société iranienne exigeant l’arrêt du programme nucléaire, mais cette possibilité semble maintenant dépassée. Les puissances se sont contentées de marmonner, de traîner les pieds et de tergiverser, de sorte que les Iraniens ont vu leurs dirigeants obtenir une autorisation de fait d’aller de l’avant.

Des idées nouvelles ont tout de même été avancées en vue de faire l’impasse sur la guerre avec l’Iran. L’auteur du Los Angeles Times Max Boot, par exemple, considère toute invasion américaine de l’Iran comme «hors de question» et émet trois alternatives: menacer d’un embargo économique, récompenser Téhéran pour la suspension de son programme nucléaire ou aider les milices iraniennes opposées au régime à envahir le pays.

Ces scénarios d’évitement de la guerre et de l’escalade nucléaire sont certes créatifs. Mais ils n’offrent plus aucune chance de succès, car la situation est maintenant devenue sommaire, binaire: soit le gouvernement des États-Unis déploie des forces pour empêcher Téhéran d’acquérir des armes nucléaires, soit Téhéran les acquerra.

Cette décision cruciale – guerre ou acquiescement – sera prise à Washington, pas à New York, ni à Vienne ou à Téhéran (ou à Tel-Aviv). Le moment critique sera atteint lorsque le président des États-Unis sera confronté à ce choix décisif: permettre ou non à la République islamique d’Iran d’acquérir la bombe. Le calendrier du programme nucléaire iranien reste trouble, de sorte que ce pourra être George W. Bush ou son successeur.

Ce sera un moment remarquable. Les États-Unis peuvent s’enorgueillir une opinion publique en pleine floraison pour ce qui concerne la fiscalité, l’instruction publique ou l’aménagement du territoire. Les activistes mettent sur pied des associations, Les citoyens se réunissent en assemblées locales, des groupes de pression élisent des députés.

Mais dès qu’il s’agit de prendre la décision fatidique d’entrer en guerre, l’appareil américain de participation disparaît, laissant le président trancher seul, guidé par son tempérament, inspiré par sa vision, entouré seulement d’un cercle restreint de conseillers, isolé des vicissitudes de la politique. Sa décision sera si intensément personnelle qu’elle dépendra essentiellement de son caractère et de sa psychologie.

Doit-il permettre à des dirigeants mystiques malveillants de bâtir une arme apocalyptique qu’ils pourraient fort bien utiliser? Ou doit-il détruire l’infrastructure nucléaire iranienne, en dépit des coûts économiques, militaires et diplomatiques que cela suppose?

Avant que le président n’ait pris cette décision, tout le reste n’équivaut guère qu’à remettre en ordre les chaises sur le pont du Titanic, autant d’actes futiles sans réelle portée.

Jean Ziegler — la honte

L’accusation:

Les liens de M. Ziegler avec le Prix Kadhafi sont en conflit avec les hauts standards d’indépendance, d’impartialité et d’intégrité d’un Rapporteur spécial. (…) Un expert indépendant des droits de l’homme ne devrait être lié à aucun gouvernement, sans parler d’une dictature régulièrement classée par Freedom House parmi les régimes auteurs des pires violations des droits de l’homme. Dans l’univers des droits de l’homme, M. Ziegler est un loup déguisé en mouton.

La défense (non, pas par l’homme sur l’image, par Ziegler en personne):

YouTube Preview Image

Le dossier

Le témoignage d’un ex-terroriste libanais

Instructif dans le cadre du projet de plainte contre la TSR:

YouTube Preview Image

Voir aussi à quoi ressemblait la guerre, depuis Israël.

Projet de plainte contre la TSR

Les différentes personnes qui ont réagi avec indignation au dernier reportage de Temps Présent (1ère partie, 2e partie, 3e partie, 4e partie) se sont rassemblées pour former un comité. Ce comité se propose de déposer une plainte pour infraction à l’art. 4 de la Loi fédérale sur la radio et la télévision, lequel article prévoit que

Les programmes présentent fidèlement les événements. Ils reflètent équitablement la pluralité de ceux-ci ainsi que la diversité des opinions.

Pour ce faire, le comité doit, au sens de l’art 63 de ladite loi, réunir 20 personnes, dont chacune est

suisse ou étrangère âgée de 18 ans révolus, titulaire d’un permis d’établissement ou de séjour (…)

Ceci, selon l’art. 60 de ladite loi,

Dans un délai de 20 jours à compter de la diffusion de l’émission (…)

Les personnes qui souhaitent se joindre à nous peuvent le faire en s’adressant aux membres suivants du comité:

Oskar Freysinger
Conseiller national
Rue de Crettamalerne 
1965 Savièse
oskar.freysinger@parl.ch
www.ofreysinger.ch 

Gabrielle Goldwater
Switzerland, Geneva
iii44@aol.com
Internet Correspondent and Commentator
http://www.gabriellegoldwater.com
Member of “Funding for Peace Coalition” [FPC]
www.euFunding.org

Marcel Cohen-Dumani
Vice-président CILV
Chargé des relations extérieures et Sécurité
34 av. Tribunal Fédéral
1005 Lausanne
mcohen@citycable.ch

Harry W. Hayes
hhayes@vtxnet.ch
www.int-review.org

Adrien de Riedmatten
Rédacteur en chef Bureau audiovisuel francophone (BAF)
Cormanon 7
1752 Villars-sur-Glâne
redaction@bafweb.com

Alain Jean-Mairet
Rösslimatte 50
6005 Lucerne
www.precaution.ch
ajm@ajm.ch 

Les plus grands menteurs de notre époque

se sont réunis le mois passé pour étourdir le monde de leur science. L’Islam, religion dont la parole divine, l’exemple du personnage central, les lois et le cheminement historique dégoulinent littéralement de décapitations de masse et de l’esclavagisme le plus systématique qui fut jamais, n’aurait rien à voir, en tant que telle, avec les problèmes actuels du monde.

Avant de lire ce compte rendu, que nous devons au Comité Israël Hasbara, je recommande d’observer une carte du monde (celle-ci, par exemple) et de se demander où, sur la planète, subsitent encore des conflits et des risques de conflits notables non liés à l’hégémonie islamique? Le voilà bien, le vrai réchauffement planétaire.

– – – – –

CNN Présente une autre réalité
par Salomon Benzimra

Le 22 septembre 2006, Christiane Amanpour a assemblé un illustre panel sur son plateau « CNN Présente… » avec, pour titre de programme « Au nom de Dieu ». Y étaient présents : primus inter pares, Bill Clinton, ex-Président américain; S.M. la Reine Rania de Jordanie ; George Mitchell, ex-Sénateur américain et négociateur d’accords de paix; Shimon Perès, premier Ministre adjoint israélien et lauréat du Prix Nobel de la Paix; Lakhdar Brahimi, ex-Ministre des Affaires étrangères algérien; Dina Habib Powell, sous-Secrétaire d’État américaine; et Rami Khoury, journaliste basé à Beyrouth.

Thème du programme : Pourquoi les gens se battent-ils au nom de Dieu ? Est-ce que la religion pourrait apporter des solutions aux conflits, plutôt que d’en être la cause ? Bien que ces questions fussent posées d’une façon générale, ni l’audience ni les téléspectateurs ne pouvaient douter de leur portée réelle : la violence islamique à travers le monde. Au vu des très nombreuses attaques terroristes qui ont eu lieu avant et depuis le 11 septembre, ainsi que des récentes manifestations de violence à la suite du discours du Pape Benoît XVI, le téléspectateur aurait pu s’attendre, en toute logique, à un débat sur les actes de violence déclenchés par les Musulmans au nom de l’Islam. En fait, Amanpour n’a jamais mis en relief cet aspect central de la question. Le panel, quant à lui, a généralement évité d’aborder cet aspect et, souvent, a détourné le problème en accusant Israël d’être la cause principale de la colère des Musulmans à travers le monde.

S.M. la Reine Rania fut la première à détourner le problème. Insistant, au départ, sur les principes de clémence et de miséricorde sur lesquels repose l’Islam, elle a très vite trouvé les raisons qui expliquent pourquoi ces nobles idéaux sont étouffés : Israël porte la lourde responsabilité de ne pas honorer les revendications des Palestiniens. Ce n’est que lorsque ces « revendications essentielles » auront été prises en compte, dit-elle, que le terrorisme perdra son élan, tout comme le feu perd sa fureur destructrice quand il est privé d’oxygène. Personne n’a paru scandalisé par cette étonnante inversion de la relation de cause à effet.

Dina Habib Powell a su, fort à propos, remettre les pendules à l’heure en rappelant brièvement que les nombreuses attaques terroristes survenues avant et après le 11 septembre n’avaient aucun rapport avec ces soi-disant « revendications ». Pressentant une réaction houleuse à ces remarques peu orthodoxes, elle s’est empressée d’insister sur l’importance du « dialogue des religions » entre prêtres, imams et rabbins.

Cherchant un consensus sur les causes du terrorisme, Amanpour a évoqué ensuite la guerre en Irak. Cette intervention étrangère, dit-elle, a eu « à elle seule, l’influence la plus marquante sur la radicalisation » du monde musulman. Amanpour trouva un écho favorable en Rami Khoury, qui fit remarquer que la confluence des dictatures arabes et du militarisme occidental ne pouvait que mettre le feu aux poudres islamiques. Mais tout de suite après, Amanpour ne manqua pas de ramener le débat sur la cause fondamentale : les « revendications palestiniennes » et le conflit Israélo-arabe.

C’est à ce moment que Shimon Perès aurait pu saisir l’occasion pour mettre les choses au clair et énoncer quelques vérités indiscutables sur le conflit. En quelques mots, il aurait pu rappeler à l’audience : le chaos qui s’empara de Gaza, après que cette enclave fut « épurée » de tous les Juifs de la région ; l’objectif réel des Palestiniens – décrit clairement dans les Chartes du Hamas, du Fatah et de l’OLP – et leur soutien inconditionnel au Hezbollah lors de la récente guerre du Liban ; l’endoctrinement implacable de la société palestinienne, visant la destruction d’Israël ; les tromperies d’Arafat au cours des « négociations de paix » et la violation des accord ultérieurs signés par les chefs palestiniens ; et enfin, la fausse notion d’un « peuple palestinien » surgi spontanément il y a quelques décennies pour des raisons purement politiciennes. Mais il n’aborda aucune de ces questions. Shimon Perès se borna à insister sur l’importance du « développement économique » pour mettre fin au terrorisme palestinien. Une intervention tristement décevante…

A l’écoute des mots « terrorisme » et « palestinien » prononcés dans la même phrase, Amanpour bondit sur la nécessité de distinguer le « terrorisme en tant que tel du terrorisme au nom de revendications légitimes ». Ce distinguo est absolument contraire à la position officielle du gouvernement américain. Cependant, personne ne réagit à ce chèque en blanc accordé tacitement aux organisations terroristes, à l’exception de Bill Clinton qui s’y opposa, aussi brièvement que fermement, en mettant en question la « légitimité des moyens employés pour faire valoir ces revendications ». Clinton se lança alors dans une suite d’arguments bizarres. Il défendit le « processus de paix », dont il a été le promoteur dans les années 1990, sur des bases on ne peut plus douteuses. D’après lui, « il y a eu trois fois plus de victimes après l’an 2000 que pendant la période des négociations ». Sans doute, dans son esprit, le succès du « processus de paix » ne serait plus en cause si le nombre mensuel de morts et de blessés était sensiblement réduit. Il enchérit ensuite sur cette absurdité en proclamant le refrain bien connu : « Tout le monde sait ce que seront les dispositions de l’accord définitif ; la question se pose uniquement en termes du prix à payer en victimes sacrifiées avant d’arriver à cet accord». Quel est vraiment cet « accord définitif » dont tout le monde connaîtrait le contenu? Serait-il semblable à celui que Ehud Barak proposa en 2000 et que Yasser Arafat rejeta d’emblée? Comment sait-il que tout le monde sait ? Après treize ans de méandres diplomatiques, il serait temps de s’atteler aux vrais problèmes : l’impossibilité géographique, stratégique et économique de créer un état palestinien viable entre le Jourdain et la Méditerranée ; l’absurdité d’une ablation de la Judée pour en faire un 22ème pays arabe ; les aspects juridiques qui découlent du Mandat de 1922, document fondateur qui, à ce jour, devrait régir toute décision de droit international dans la région. Bill Clinton conclut en exprimant son appui au gouvernement d’unité nationale proposé par Mahmoud Abbas, et en établissant un parallèle entre les négociations avec l’OLP et celles qui ont effectivement abouti au succès de l’Accord du Vendredi Saint avec l’IRA en Irlande. Clinton ne pouvait évidemment pas prévoir l’échec imminent de l’initiative de Mahmoud Abbas, pour cause de querelles intestines axées sur la non-reconnaissance de l’État d’Israël. En revanche, l’ex-Président américain n’est pas en droit d’ignorer que l’IRA n’a jamais eu pour objectif de détruire la Grande Bretagne.

Amanpour a ensuite soulevé la question des « conditions préliminaires » au dialogue avec les Palestiniens et les Iraniens. George Mitchell, le principal architecte de l’Accord du Vendredi Saint, souligna l’importance du « dialogue », la seule condition préliminaire étant « l’engagement des parties à renoncer à la violence et à respecter les stipulations des accords conclus ». Personne n’a souligné que, dès le début du « processus de paix » , ces conditions préliminaires n’ont jamais été reconnues – dans leurs déclarations en langue arabe – par les Palestiniens. Cette omission est particulièrement surprenante, notamment de la part de Shimon Perès et de Bill Clinton, deux des principaux protagonistes intimement impliqués dans ce processus depuis le début des années 1990.

Nullement concerné par ces détails, Lakhdar Brahimi propose alors d’étendre davantage la portée du « dialogue » en suggérant que le Hamas et le Hezbollah devraient en faire partie, vu que, d’après lui, le conflit Israélo-palestinien « constitue le problème fondamental ». Brahimi est d’avis que l’on devrait « mettre fin à toutes les certitudes enracinées » et montrer de la bienveillance envers « le point de vue de l’autre ». Brahimi devrait reconnaître que si Israël avait suivi ces conseils et accepté le « point de vue » des Palestiniens, il aurait cessé d’exister depuis bien longtemps.

Dina Habib Powell a su injecter un peu de bon sens dans cette conversation en distinguant les démocraties des tyrannies et en appelant au soutien des régimes démocratiques récemment établis au Liban et en Irak. Pour sa part, Bill Clinton souhaite que ceux qui, comme lui, sont « à l’écart de la politique » puissent promouvoir des réunions de réconciliation entre religions, soutenir des programmes tels que « Semences de Paix », et créer ainsi une « autre réalité ». Nul doute que l’on peut toujours faire confiance à Bill Clinton pour jongler avec les mots et masquer la réalité derrière le voile d’une morale relativisée.

Reprenant les remarques précédentes d’Amanpour sur la guerre en Irak et son effet de pépinière terroriste, S.M la Reine Rania déplora les conséquences de la dernière guerre au Liban, et notamment la recrudescence du terrorisme qui s’ensuivit. (Soit dit en passant : il y a eu également une recrudescence des opérations militaires de l’Allemagne nazie à la suite des premières offensives alliées, mais cela n’a nullement ramolli la détermination des Alliés de combattre les Nazis jusqu’à leur capitulation finale). Cependant, pour S.M. la Reine Rania, « il n’y a point de ‘méchants’, comme l’Occident voudrait nous faire croire ». Lakhdar Brahimi a exprimé plus tard le même déni de responsabilité en faisant allusion à la crise du Darfour. Cette tendance à nier la responsabilité, que l’on retrouve parmi les leaders arabes et ceux qui les soutiennent, et qui consiste à ne jamais reconnaître la cause initiale du conflit, à n’en retenir que certains effets choisis et à faire passer ces effets comme cause unique et originelle, est une des entraves majeures au débat rationnel sur le conflit Israélo-arabe. Cet état d’esprit persiste à ce jour.

Rami Khoury en fournit la preuve. Il accuse l’Occident de ne pas avoir mis fin à la guerre du Liban suffisamment tôt, ce qui, selon lui, a attisé l’animosité des Musulmans à l’encontre des États-Unis, tout particulièrement. Bien entendu, pas un mot sur le Hezbollah, qui a déclenché les hostilités sans aucune provocation, ni sur le gouvernement libanais qui a exprimé son appui quasiment inconditionnel au Hezbollah pendant toute la durée des hostilités. Encore une fois, une vision tronquée et déformée des évènements les plus récents, ce qui exclut tout optimisme sur la véracité des analyses arabes d’évènements plus lointains…

Sur ce point, au moins, Shimon Perès condamna fermement le Hezbollah pour avoir déclenché les hostilités en agissant avec le plein appui de l’Iran dont le seul but « n’est pas la paix, mais l’hégémonie ».

Le passage à la seconde partie du programme fit entrevoir une certaine ironie qui ne semble pas avoir été perçue par les participants au débat. Sitôt après les discussions sur Israël et les Palestiniens, Amanpour introduisit le problème du Darfour. Rappelons qu’au Darfour, des Musulmans sont massacrés par centaines de milliers, essentiellement par les forces militaires et paramilitaires du gouvernement islamique de Khartoum. Dina Habib Powell a souligné que la plupart des observateurs conviennent qu’il s’agit d’un génocide. D’où, la triste ironie de la question qui n’a jamais été posée : le conflit Israélo-palestinien est-il alors vraiment le « problème fondamental » que les participants ont identifié ? En quoi le barbarisme islamique et les querelles intestines de l’Irak et du Darfour seraient imputables à la non-résolution de la question palestinienne ? Faisons le point. Au cours des soixante dernières années, le bilan historique est indéniable : 60 000 Musulmans ont été tués par les Israéliens (au cours d’opérations d’autodéfense, dans l’immense majorité des cas), alors que des millions de Musulmans ont péri, de l’Algérie à l’Iran, aux mains d’Européens et d’autres Musulmans. Cette obsession sur Israël, que les médias alimentent sans cesse, est un affront à la vérité, une justification insidieuse d’un anti-Sionisme virulent.

En conclusion, Bill Clinton soutient que la religion n’est pas la cause essentielle des conflits. Selon lui, la plupart des conflits du monde arabo-musulman sont dus à des questions de « pouvoir et de ressources ». Il note, avec satisfaction, qu’aucun des participants n’a culpabilisé la religion dans les conflits actuels. Nul autre que Bill Clinton, dont la brillance des artifices est légendaire, aurait pu dire une chose pareille sans broncher et déclencher les applaudissements de la salle. De toute évidence, une « autre réalité » nous a été présentée.

Ce qui est particulièrement frappant dans cette émission, c’est la prédominance de perceptions erronées et ce, même parmi les experts présents.
L’uniformité des idées politiques, sur les questions les plus importantes, était manifeste tout au long du programme. Cette « pensée unique » ne peut en aucune façon éclairer l’auditoire.

——————————————————————————–

Source: Salomon Benzimra
Adaptation française de Salomon Benzimra
Produced by IHC staff, www.infoisrael.net
——————————————————————————–
Israel Hasbara Committee – http://www.infoisrael.net
You can find this article online at www.infoisrael.net/cgi-local/text.pl?source=1/181020061&lang=french/

Le Hezbollah et ses boucliers civils — un témoignage

Une mère de famille libanaise explique que les combattants du Hezbollah, pendant la guerre de cet été, se sont installés dans sa cour pendant plusieurs jours, faisant de sa maison et de celles de ses voisins autant de cibles toutes désignées. Un peu ancien, mais intéressant dans le cadre de l’affaire de l’émission de la Télévision suisse romande (1ère partie, 2e partie, 3e partie, 4e partie) qui présente le Hezbollah comme une bande de preux chevaliers, défenseurs de la veuve et de l’orphelin.

La TSR fait la propagande des terroristes, suite 3

Voici la lettre d’une téléspectatrice, Gabrielle Goldwater, à propos du reportage de Temps Présent maintenant fameux sur ce site (1ère partie, 2e partie, 3e partie):

Geneva Switzerland – 30 October 2006

Ref.: PROPAGANDA FILM For Terrorists >>>>>>>>>
http://www.tsr.ch/tsr/index.html?siteSect=500071&bcid=454687&format=450&vid=7199478 

As well to be seen on this link:
http://www.bafweb.com/2006/10/27/la-tsr-fait-la-propagande-des-terroristes
and here: http://ajm.ch/wordpress/?p=308
and there: http://ajm.ch/wordpress/?p=307

As A Swiss citizen I feel strongly disgusted and repulsed by the fact that a Swiss TV Channel (TSR) will glorify A terrorist Organization such as Hizbullah as we normally would only expect to see on Arab Islamic Jihad website Videos, and channels as such as Al Jazeera. Freedom of Expression ends then when it encroaches onto the legal rights of others in a democracy, and there when the truth and facts are intentionally distorted and documented in a misleading none factual fashion, that as in this very case, in detail intentionally ends up and supports terrorists.

My 4 concerns below (more…)

L’Humanité terroriste


En cas d’utilisation, merci de mentioner: «Photo © Irena Elster»

La TSR fait la propagande des terroristes, suite 2

Dans la première partie de ces posts consacrés à l’indigence télévisuelle suisse romande, on peut voir un reportage de Temps Présent donnant du Hezbollah, l’une des organisations les plus sanglantes de notre époque, l’image d’une institution dévouée au bien public.

La deuxième partie présente la lettre très argumentée d’un téléspectateur indigné.

Ce troisième volet présente des extraits traduits d’un article de Daniel Pipes, Terrorism, The Syrian Connection, éclairant un peu le contexte dans lequel évoluait l’héroïne de l’émission en question, Soha Bechara, auteure d’un assassinat politique manqué commandité, selon le CICR, qui en pense grand bien, par le Parti communiste libanais:

La majeure partie du terrorisme parrainé par la Syrie depuis 1983 a été le fait de membres d’organisations basées au Liban et subissant l’influence, sinon le contrôle, du gouvernement syrien. Un assistant de Husayn Musawi, de l’organisation islamique Amal, décrivait ainsi l’ampleur du contrôle syrien en 1984: «Nous n’avons aucune liberté d’action. Nos opérations ne sont approuvées que si elles servent les intérêts de Damas.» Un rapport du Département d’État [américain] de décembre 1986 explique les avantages de cette structure:

Les éléments donc nous disposons indiquent que la Syrie préfère soutenir des groupes dont les activités s’alignent d’une manière générale sur les objectifs syriens plutôt que de désigner des cibles ou d’exécuter des opérations directement. Damas utilise ces groupes pour attaquer ou intimider ses ennemis et ses opposants et pour exercer son influence dans la région. Mais, en même temps, elle peut nier avoir connaissance de ces opérations.

De cette manière, Assad exerce un contrôle efficace tout en restant capable de nier toute responsabilité — une combinaison optimale. (…) Assad a recours à trois types d’organisations: (…)

Les organisations arabes. Le Parti national-socialiste syrien (Syrian Social Nationalist Party, SSNP), fondé en 1932, approuve la position d’Assad avec enthousiasme parce que ses objectifs coïncident avec les siens, qui consistent à établir un État syrien unique couvrant les territoires actuels de la Syrie, du Liban, d’Israël et de Jordanie. Le soutien de la Syrie permet au SSNP de contrôler une partie du territoire libanais situé au sud de Tripoli. C’est lui qui exécuta, avec le Parti Baas du Liban (Ba’th Party of Lebanon) et le Parti communiste libanais (Lebanese Communist Party), la presque totalité des quinze attentats-suicide perpétrés en 1985 contre les troupes d’Israël et de l’Armée du Liban sud.

Il vaut la peine de lire la totalité de cet article. Mais nous en savons maintenant assez pour comprendre que la femme présentée par la Télévision suisse romande comme une libératrice n’était autre qu’une exécutante endoctrinée, armée et téléguidée par un Parti «national-socialiste» fondé pendant la montée du nazisme, par un Parti communiste et par un dictateur syrien en plein délire impérialiste.

Bravo la Télévision suisse romande: pire, ce sera difficile.

Histoire juive d’avant la Shoah

Avec des images signées Ilex Beller:

Ost-Europa — die Schuld des Westens

Mitblogger mit Kenntnisse der südosteuropäischen Kulturen gesucht.

Mensch, Leute, wacht auf und kuckt hin!

Der Bosnienkrieg ist tatsächlich längst zu Ende. Die Moslems haben keinen Grund, unsere Ohren mit ihrem „Leid“ vollzujammern. Aber die islamische Gebiete des Ex-Jugoslawien und Albanien sind der reinste Tummelplatz für alle islamische Terrororganisationen aus aller Welt.

Man findet hier die bekanntesten Organisationen vertreten: Hisbolah, Hamaz, Al Qaida… Sie sind alle da, auch wenn die Medien sie uns verschweigen. Die Serben bemühen sich, uns Fakte und Beweise auf englisch zu liefern, damit jeder Mensch sich informieren kann.

Die Medien könnten hier für jeden Tag einen Mudjahedin, Mullah oder sonstigen Fachmann interviewen. Viele von ihnen sprechen englisch, deutsch, oder andere westeuropäische Sprachen. Viele islamische Terroristen sind aus Westeuropa dorthin eingewandert. Aber die Medien haben z. Z. kein Interesse daran, uns einen albanischen Moslem vorzuführen, uns zu zeigen, was sich dort gerade in diesen Zeiten zusammenbraut.

Pourquoi, ô Arabes?

Traduction française, par Atanane, d’un texte en arabe de D. Fadel Al Khatib publié à l’origine sur rezgar.com (je n’ai hélas pas le lien direct original).

Le commentaire d’Atanane:

Voici la traduction «mot à mot» [j’ai un peu arrondi les angles — ajm] de cet article rédigé en arabe; il ne représente rien de nouveau par rapport à ce que nous savons déjà de la mainmise de la pensée arabe sur toutes les richesses intellectuelles des autres pays où elle domine; nous dénonçons à longueur de posts ces falsifications de la pensée et de l’Histoire «arabes» et nous proposons les alternatives intellectuelles adéquates à ce marasme que subissent les Arabes et les autres peuples sous la férule dictatoriale de leurs régimes nationalistes et religieux, basés sur la fierté arabe (al qawmiyya al ârabiya) et la théocratie musulmane. Ce n’est pas du racisme ni du rejet, mais l’évidence, la solution logique et juste pour tous, pour le progrès et le développement de tous.

Traduire un article arabe, fût-il rédigé par un docteur, tel le signataire de ce texte, n’est pas une entreprise aisée, tellement la phraséologie arabe est pompeuse, redondante, digressive; ce qui est compliqué par l’absence de ponctuation. Une autre difficulté est l’absence de l’unité du sujet: le rédacteur parle d’abord de l’Histoire et termine par une défense de la laïcité. J’ai donc traduit les propos de ce monsieur mot à mot, en essayant d’exprimer au mieux sa pensée. Que je partage personnellement.

La traduction:

Pourquoi, ô Arabes, apparentons-nous tous les grands de ce monde et tous les dirigeants, les nobles des pays que nous avons conquis et arabisés, à la nation arabe, l’unique, l’éternelle, et nions-nous leur identité ethnique? Pourquoi refusons-nous d’admettre toutes nos défaites dans l’Histoire ancienne et moderne et en attribuons-nous les causes au colonialisme, ancien ou moderne, à l’impérialisme, au sionisme, etc.

Pourquoi, ô Arabes, occupons-nous, combattons-nous nos propres identités et celles des autres? Est-ce dû à l’absence, chez nous, d’une identité nationale ou raciale? Est-ce dû à l’esprit de conquête et de domination dont nous avons hérité? Quel mal y a-t-il à reconnaître les spécificités de chacun? Qu’il soit prestigieux ou anonyme, avec son identité propre et sa nationalité? Pourquoi ne sommes-nous pas sincères avec notre histoire et avec nous-mêmes?

Nous lisons dans le dictionnaire de langue et des noms propres — 22e édition — ce qui suit: «Ibn Rochd (Abu Al Walid Mohammad Ibn Ahmad, 1126/1198 ): Philosophe arabe né à Cordoue, mort à Marrakech, (…)»

Quelle différence cela ferait-il pour les conquêtes intellectuelles et civilisationnelles des autres pays au temps de gloire des Arabes, si l’identité arabe et le fait d’appartenir à cette identité était minoré, affaibli? Pourquoi refusons-nous de reconnaître aux autres l’appartenance à leurs propres identités? Pourquoi imposons-nous aux autres identités non arabes les Al Ghazali, Ibn Taymiya, Ben Laden, (…) Et pourquoi leur nions-nous Ibn Rochd, Ibn Tofayl et les dizaines d’autres penseurs qui sont le fruit de leurs peuples et de leurs identités? Nous leur imposons Al Ghazali qui dit dans son livre «L’Egarement des Philosophes»: «S’occuper des sciences naturelles est un péché». Et nous dénions aux Imazighens et à nous-mêmes ce qu’a dit Ibn Rochd: «Dieu ne nous donne pas la raison et des lois qui lui sont opposées.» Ceci est notre accomplissement, et cela est le leur!

Le peuple amazigh, dont les racines remontent des milliers d’années dans la passé, a produit trois dynasties pharaoniques et Ibn Rochd, et Ibn Khaldoun, le grand romancier libyen de réputation universelle Ibrahim Âouni, et Mohamed Choukri, et l’Algérienne Assia Djebbar, et des milliers de grands hommes qui ont beaucoup apporté à leur peuple et à l’humanité.

Ce peuple mérite le respect, ce peuple mérite qu’on lui reconnaisse ses droits identitaires légitimes. La poétesse amazighe Malika Mezzan dit: «Que la nationalité arabe aille en enfer si elle doit finir par éradiquer les peuples qu’elle a dominés et auxquelles elle a imposé sa présence et sa culture (…).»

Je salue cette poétesse courageuse qui écrit en langue arabe, la langue de ses oppresseurs et des oppresseurs de son peuple. Je salue Malika Mezzan, pour sa révolte parfois, et je respecte son attachement à son amazighité originelle; et je répète avec elle: que toute force, nationaliste ou religieuse, aille en enfer, si sa finalité est d’éradiquer et de marginaliser les autres!

De même que vous avez le droit de défendre les acquis de vos peuples oppressés et menacés d’extinction, nous avons le devoir de soutenir ce combat légitime de tous les peuples persécutés qu’ils soient amazighes, Kurdes, Syriaques, Chaldéens, Sabéens…

Comme c’est étrange que nous demandions à ceux dont nous avons dominé et conquis le pays, sous n’importe quel prétexte, de disparaître, au lieu de nous adapter à eux. Combien de justifications faudra-t-il aux générations arabes futures pour excuser notre Histoire et nos erreurs, nos conquêtes, si la condition des conquérants d’hier reste celle des dominateurs d’aujourd’hui? L’écrivain Haydar Haydar a donné dans son livre «Le festin des herbes de la mer» la plus belle des images à ce sujet: «La terre plate absorbe son eau et celle des autres terres.»

Est-ce que nous nous désaltérons, ô Arabes? Nous sommes fiers de notre Histoire, comme de cette courtisane vendue pour son pesant d’or à l’époque de Uthman. Une courtisane, éprise de son pays, conquise ou volée aux marchands d’esclaves. Et un acheteur qui la veille encore tuait pour se vêtir et se nourrir, devenu si riche qu’il en arrive à commettre un acte si bas et méprisable — acheter une courtisane pour son pesant d’or!

Mon Dieu, qu’est il donc arrivé aux gens des pays conquis et aux musulmans qui ne sont pas des «seigneurs» arabes, appelés des assujettis (mawalis), sans parler de ceux qu’on appelle des «dhîmmis»!

La misère des peuples et des nationalités non arabes vivant sur les terres de leurs ancêtres, longtemps avant les «conquêtes arabes», et que nous avons appelés de nom de notre choix — tout cela reste des invasions, du colonialisme. Ces peuples devenus des «minorités» resteront sans droits aussi longtemps que l’État de droit et de démocratie ne sera pas instauré, aussi longtemps que ces pays ne fonctionneront pas sous un régime laïque, la seule voie qui libère chaque individu et chaque peuple de sa servitude et de sa domination, qu’elle soit ethnique, nationaliste ou religieuse! La laïcité est la solution non seulement pour libérer les enfants des peuples arabes du sous-développement intellectuel, spirituel et économique, mais aussi pour le salut des autres ethnies et des peuples vivant sur cette terre.

La laïcité est l’alternative aux agressions, visibles ou non, d’une ethnie contre une autre. Et sans nourrir de haine entre les communautés! La laïcité unit la société dans les faits sur la base du Droit et de la liberté politique, raciale, religieuse ou non religieuse, car l’appartenance commune est la base de la nation commune. Dans les pays qui ont adopté la laïcité, la direction des affaires de l’État est répartie également entre toutes les ethnies, quelque soit leur importance numérique.

La diversité ethnique, confessionnelle, intellectuelle ou spirituelle est une richesse pour la société et pour l’État. Et nous voyons bien aujourd’hui que dans tous les pays développés, la diversité ethnique favorise la richesse et la prospérité des sociétés.

Comment se fait-il que dans tous les pays occidentaux où vivent des arabes, qu’ils soient quelques milliers ou des millions, il est possible d’enseigner et d’apprendre la langue arabe, alors que dans les pays arabes il est interdit aux non arabes, en fait les habitants historiques de ces pays, d’apprendre et d’enseigner dans leur langue maternelle?

La laïcité et la science apportent la solution aux problèmes psychologiques des Arabes, avant même celle des problèmes économiques et culturels. La science est la richesse dont nous avons besoin, le guide pour aller de l’avant dans cette voie.

La répression de la culture et de l’enseignement, telle qu’elle est pratiquée en Syrie, est d’un prix très élevé non seulement pour le régime, mais aussi pour le pays, pour la nation, pour le peuple et pour son avenir. L’acquisition de la science coûte cher, mais le prix de l’ignorance est encore plus élevé!

D. Fadel Al Khatib, Budapest, 27 juin 2006
Source: Le Dialogue civilisé, www.rezgar.com, n° 1607? 10/7/2006

La TSR fait la propagande des terroristes, suite

Voici une lettre de téléspectateur à la TSR, en réaction à ce reportage, qui mérite mille fois d’être publiée — et lue attentivement:

Le film est  un long panégyrique du Hezbollah comme si c’était la Croix-Rouge. Cela le fait un film de propagande comme on voit sur Al Jazeera. Un peu de recherche sérieuse vous auriez enseigné différemment.

A mon avis, se soulève ici,  une question morale de louer une meurtrière, n’importe quelle soit son motif. On la rende sympathique en la présentant comme une héroïne, je trouve ça  repoussante et inacceptable. Vous  avez échoué à mentionner que  ce qu’elle appelle le Parti communiste est un instrument de la Syrie, l’occupant du Liban depuis 20 ans que l’avait  envoyés pour assassiner, comme ils ont fait avec tels  autres Libanais. Vous ne donnez aucun fond  sur l’opération Israélien contre les attaques terroristes d’OLP depuis le territoire libanais qui ont  provoqué la guerre au 1982. 

Si vous laissez le temps sans fin pour les entrevues de répéter ad nauseam la mantra fausse “des agressions israéliens” vous créez l’impression,  chez les spectateurs, que ce la vérité et que  Israël ne pas la victime mais l’agresseur.  Tandis que tout le monde le sais qu’Israël n’a pas des ambitions sur le territoire libanais.

Comme des européens naïfs vous avez failli de comprendre une autre mentalité,  et que les Arabes vous diront  ce qu’ils veulent que vous publiiez, qui n’est pas nécessairement la vérité entière. 

Les gens de “Humain Right Watch” avec qui vous parlez sur place sont des Arabes et les Européens sur place n’oserons contrarier le Hezbollah  pour raison de leur sécurité personnelle.

Quelques précisions importantes que vous avez tendance oublier:
Les habitants du nord d’Israël vivent en permanence sous la menace de tirs de missiles, et ce, malgré le retrait d’Israël du sud Liban en 2000.

Et ce, malgré un accord négocier entre le Liban, Israël et la Syrie en 2000. Cet accord stipulait:

  • Les groupes armés au Liban n’effectueront pas d’attaques contre Israël à l’aide de Katioucha ou d’aucun type d’armement.
  • Plus généralement, les deux parties s’engagent à faire en sorte qu’en aucune circonstance les civils ne soient la cible d’attaques et que les zones habitées par des civils et les installations industrielles et techniques ne soient utilisées comme point de lancement des attaques.

Depuis 2000, les villes du Nord d’Israël sont régulièrement la cible de missiles tombant au hasard sur des dispensaires, des immeubles et des écoles. (Pas de ripostes comme vous les qualifies erronément)

Le paragraphe 4 de cet accord mentionnait : « Sans que cela viole l’arrangement, aucune disposition de cet arrangement ne pourra empêcher une partie d’exercer le droit de légitime défense ».

Israël a tenu sa part d’engagement. Cet accord fragile est rompu quotidiennement depuis 2000 par le Hezbollah. Dans le contexte du traumatisme de l’enlèvement du de  l’assassinat des 8 soldats Israéliens  et l’enlèvement  de   2 soldats à la frontière israélienne ne pouvait pas ne pas provoquer l’escalade.

Vous avez  aisément oubliez les actes de terrorisme du  Hezbollah qui  est l’auteur d’une des plus grandes attaques-suicide contre l’armée française, ayant coûté la vie à 299 soldats dont 58 français. C’était en 1983. Depuis, il y eut les otages de France 2, dont Michel Seurat, qui n’est pas revenu.

Le 10 mars 2005, le parlement européen a approuvé à une forte majorité une décision qualifiant le Hezbollah d’organisation terroriste. Ce même parlement a appelé les ministres de l’UE à prendre des mesures concrètes contre cette organisation « Le parlement européen estime qu’il y a des preuves claires de l’implication du Hezbollah dans les activités terroristes et le conseil de l’UE doit prendre les mesures nécessaires afin de les enrayer.» 

Décrire le Hizbullah comme “une résistance” est une distorsion des faits. L’organisation est qualifiée comme une organisation terroriste par les Etats-Unis et le Parlement européen. S’il était une “résistance  à l’occupation” pourquoi il n’a pas lutté contre l’occupation syrienne du Liban depuis 20 ans.

Glorifier une meurtrière est le comble de manque de moralité. La TV Suisse Romande aurais-elle  fait la même chose  avec les assassins d’ETA. Jamais.

Voir: NGO Monitor – Human Rights NGOs – Arab Israeli Conflict HRW also ignores systematic anti-Israel incitement to hatred and the … “Report On Human Rights Watch: A Comparative Analysis of Activities in the Middle …
http://www.ngo-monitor.org/issues/hrw.htm [More results from www.ngo-monitor.org ] Summary Report on Human Rights Watch

Aucune démocratie au monde ne tolèrerait que des missiles soient tirés sur ses villes sans prendre toutes les mesures raisonnables pour faire cesser ces attaques. La grande question soulevée par les actions militaires israéliennes au Liban est de savoir ce qui est « raisonnable ». La réponse, selon les lois de la guerre, est qu’il est raisonnable d’attaquer des cibles militaires dans la mesure où tous les efforts sont faits pour réduire le nombre des victimes civiles. Si les objectifs ne peuvent être atteints sans faire de victimes civiles d’un côté, celles-ci doivent être « proportionnelles » aux victimes civiles épargnées par l’action militaire de l’autre.

Ceci est bel et bien pour les nations démocratiques qui placent exprès leurs bases militaires loin des centres de population civile. Israël a sa force aérienne, ses installations nucléaires et son armée aussi éloignés qu’ils peuvent être [de la population civile] dans ce pays. Il est possible pour un ennemi d’attaquer les cibles militaires israéliennes sans infliger de « dommage collatéral » sur sa population civile. Le Hezbollah et le Hamas, au contraire, place délibérément leurs ailes militaires dans des zones densément peuplées. Ils lancent des missiles anti-personnel contenant des billes métalliques, et conçus par la Syrie et l’Iran pour maximiser les victimes civiles, puis se cachent des représailles parmi les civils. Si Israël décide de ne pas répliquer par peur de toucher des civils, les terroristes seront gagnants et continueront d’avoir le champ libre pour attaquer les civils avec des roquettes. Si Israël réplique, et cause des victimes civiles, les terroristes remportent une victoire sur le terrain de la propagande : la communauté internationale s’empresse de condamner la réponse « disproportionnée » d’Israël. Ce chœur de condamnations en fait encourage les terroristes de continuer d’agir depuis des zones civiles.

Cet abus des civils utilisés comme boucliers et épées requiert un réexamen des lois de la guerre. La distinction entre combattants et civils – facile entre combattants en uniforme et armées qui combattent sur des champs de bataille éloignés des centres civils – est plus difficile dans le présent contexte. Maintenant, il y a un continuum civil : à l’extrémité la plus civile de ce continuum, il y a de purs innocents – bébés, otages et autres personnes totalement non impliquées ; à l’extrémité la plus combattante, il y a des civils qui volontairement hébergent des terroristes, fournissent des moyens et servent de bouclier humain ; au milieu de ce continuum, il y a ceux qui soutiennent politiquement les terroristes, ou spirituellement.

Les lois de la guerre et les règles de moralité doivent être adaptées à ces réalités. Une analogie avec les lois criminelles est instructive : un voleur dans une banque qui prend un caissier comme otage et tire sur la police en se protégeant derrière son bouclier humain est coupable de meurtre si les policiers, dans leur effort d’empêcher le voleur de tirer, tuent accidentellement l’otage. Il devrait en être de même pour les terroristes qui utilisent les civiles comme boucliers derrière lesquels ils tirent leurs roquettes. Les terroristes devraient être tenus légalement et moralement responsables pour les morts de civils, même si la cause physique directe était un tir israélien visant ceux qui prennent pour cibles les civils israéliens. Israël devrait être autorisée à finir le combat contre le Hamas et le Hezbollah, même si cela implique des victimes civiles à Gaza et au Liban. Une démocratie a le droit de préférer les vies de ses propres citoyens innocents à celles des civils d’un pays agresseur, spécifiquement si ce dernier comporte de nombreux groupes complices du terrorisme. Israël prendra – et devra prendre –toutes les précautions pour minimiser les victimes civiles de l’autre côté. Le 16 juillet, Hassan Nasrallah, le chef du Hezbollah, a annoncé qu’il y aurait de nouvelles « surprises », et les Brigades des martyrs al Aqsa ont dit qu’elles avaient développé des armes chimiques et biologiques qui pourraient être ajoutées aux roquettes. Est-ce qu’Israël ne devrait pas être autorisé à contrecarrer leur utilisation ?

Le Hizbullah agissent comme s’il était maîtres du Liban. Le gouvernement sont Eux pas le Gouvernement de Fouad Seniora.  Dans le film on  a offusqué la réalité terroriste et maffieuse du Hezbollah. En occultant le fait que le Hezbollah contrôle toutes les infos et surveille les journalistes et leurs articles. La TV Suisse Romande affiche un mépris total pour les victimes indirectes du Hezbollah et contribuent à entretenir une fausse légende à propos de cette organisation que l’un des rédacteurs en chef du Figaro a qualifiée, à juste titre, d’Effrayant Hezbollah.

Les victimes israéliens et les pertes d’Israël ont été ignorées comme le fait connu que Hizbullah a commencé la guerre en tuant 8 soldats Israéliens et en enlevant 2 soldats Israéliens en territoire israélien a travers la frontière reconnue par l’ONU.

A-t-on montré de façon équivalente à celles du sud Liban, les populations civiles du Nord d’Israël qui ont vécu dans des abris pendant plusieurs semaines?

A-t-on montré les dizaines de milliers de citoyens obligés de quitter leurs foyers pour se réfugier dans le sud du pays, ne vivant que grâce à la solidarité de leurs compatriotes?

Que diriez-vous si la France ou tout autre pays limitrophe de la Suisse, laissait s’installer juste derrière la frontière française, une puissante milice armée, équipée – selon ses propres dires ! – de plus de 12.000 missiles de différentes portées pointés en permanence sur les villes suisses dont Berne ou Zurich, prêts à être tirés à la moindre occasion, sur décision d’une puissance étrangère hostile qui a promis votre destruction et qui est en passe de détenir l’arme atomique?

Maintenant, la seule façon de corriger le tort terrible que vous avez fait à Israël est de faire un film avec la version israélienne d’événements présentant la souffrance des Israéliens à la main du terroriste Hezbollah. Le feriez-vous ?

Eli Tabori

La TSR fait la propagande des terroristes

L’émission Temps Présent de jeudi passé est une véritable ode au terrorisme:


http://www.tsr.ch/tsr/index.html?siteSect=500071&bcid=454687&format=450&vid=7199478

Le Hezbollah serait un mouvement de résistance, pas un mot sur ses activités terroristes (près de 300 soldats des forces de maintien de la paix tués en 1983, par exemple), confirmées pourtant même par le Parlement européen, pas un mot ni une image non plus sur son salut hitlérien, sur ses enfants combattants.

La personne que choisissent les journalistes pour les «guider» est elle-même une (ex-)terroriste communiste (!), qui a tenté d’assassiner un chef de milice libanaise (mais ne l’a que grièvement blessé). Ils se font aider aussi par Human Right Watch, une organisation non gouvernementale notoirement anti-israélienne, qui voit une équivalence parfaite entre les roquettes du Hezbollah visant délibérément des zones uniquement civiles d’Israël (où les installations militaires sont bien séparées des habitations civiles, lesquelles sont dotées d’abris) et les missiles israéliens qui visent des cibles militaires et atteignent aussi les équipements civils qui les entourent et les recouvrent, des jours après avoir signalé leur attaque par des lâchers de tracts — un détail que nos journalistes oublient aussi, bien entendu. Un peu plus tard, on peut entendre, comme une déclaration de gloire, qu’«ici, tout le monde est dans la résistance, toute la famille».

On visite même un camp scout du Hezbollah, où le cri de ralliement est «Imam Mahdi, rejoins-nous le plus vite possible», ce qui équivaut à appeler l’apocalypse de ses voeux. Mais ces journalistes n’y voient que des confirmations de leur vision romantique. Pour eux, le Hezbollah est un bienfaiteur. Quand il vient acheter la loyauté de Sunnites à coups de milliers de dollars «iraniens», ils n’y voient que le bon coeur de Nasrallah. Ils acceptent la fable selon laquelle les combattants sont des bâtisseurs, mais ils ne s’étonnent pas que même les rues n’aient toujours pas été déblayées.

Ce reportage nous en apprend bien davantage sur l’indigence des journalistes et des responsables de rédaction de la Télévision suisse romande que sur la situation au Liban. C’est intéressant, mais c’est beaucoup trop cher payé.

Je recommande à chacune et chacun de visionner ce «reportage» puis de faire part à la Télévision suisse romande de son indignation. Pour vous y aider, voici le dossier préparé par un correspondant qui a eu l’amabilité de me signaler ce cas. Ce document pdf contient de nombreux hyperliens qui permettent d’équilibrer le message.

Voici aussi une sélection de mes articles sur la guerre du Liban:
Ce que l’Occident doit enfin comprendre
Payer pour la grotesque mascarade libanaise?
Pour quelle «paix» travaillent les Nations Unies?
La guerre des ambulances et le CICR
Faire confiance à la presse?
Les adeptes du parti d’Allah en Occident
Donner refuge à des terroristes présente certains risques
La guerre en Israël?

Supprimez Israël, ou bien…

Mahmoud Ahmadinejad, président iranien, le 20 octobre dernier:

Ce régime sioniste a été établi pour engloutir toute la région et la mettre à la disposition des grandes puissances. C’est un gros mensonge de dire qu’il a été formé pour servir de refuge à ceux qui ont été tués pendant la Deuxième Guerre mondiale, et pour leur offrir une compensation.

Plus de 60 millions de gens sont morts pendant la Deuxième Guerre mondiale. Admettons que vous ayez raison et que six millions de Juifs aient figuré parmi les morts. Pourquoi ne portez-vous pas le deuil des 54 autres millions? Pourquoi ne leur offrez-vous pas de réparations? Pourquoi ne pensez-vous même jamais à eux? (…)

De toute évidence, certains pays occidentaux sont les otages des Sionistes. (…) Ils ont occupé la Palestine. Ils ont installé des bases partout dans le monde et veulent agir avec agressivité contre tous les peuples du monde. Ils se sont aussi octroyés des privilèges au sein des forums internationaux, et les autres peuples doivent se soumettre à leur contrôle. (…)

Pourquoi l’Amérique extorque-t-elle les ressources du monde, sous le prétexte de l’Holocauste? (…)

Vous avez apporté ce régime ici. Reprenez-le. Prenez-le par les bras et par les jambes et enlevez-le d’ici. Cela encouragera les gens de la région à améliorer leur attitude envers vous. (…)

Le régime sioniste est sur le point de mourir. Nous vous recommandons de commencer à penser à vos intérêts à long terme ainsi qu’à vos relations à long terme avec les peuples de la région. En définitive, ce sont là des ultimatums. Que personne ne vienne se plaindre plus tard. Les choses ont été clairement exprimées. (…)

Foule:

Allahou Akbar. Allahou Akbar. Khamenei est le guide. Mort à ceux qui s’opposent au règne du juste. Mort à l’Amérique. Mort à l’Angleterre. Mort aux hypocrites et à Saddam. Mort à Israël.

Al Dura — la naissance d’une icône

http://video.google.com/videoplay?docid=-670094683108052947

Version de seconddraft francisée par Richard Landes (avec l’aide de Pistache).

Voir aussi:
Justice bidon, presse ronron — la France aux petits oignons
Al Dura et Paris, en images
Où va la France?
L’affaire Al Dura passe en tribunal

Daniel Pipes — l’un des plus influents alumni vivants de Harvard

Daniel Pipes, historien spécialiste du Moyen-Orient, auteur, directeur du Forum du Moyen-Orient et éditorialiste régulièrement traduit en français (mais nous cherchons toujours un éditeur pour ses ouvrages), vient d’entrer dans le «Harvard 100», la liste des 100 alumni vivants les plus influents de la meilleure université du monde.

Mes traductions sur le site de Daniel Pipes.
Daniel Pipes sur ce site.
Daniel Pipes sur precaution.ch.

Les ambulances guerrières du CICR (rappel)

YouTube Preview Image

Voir aussi:
Explications à l’attention du CICR
La guerre des ambulances et le CICR

Il existe un racisme politiquement correct

Celui que Fjordman appelle la caucasophobie – la peur de l’homme blanc. Une phobie qui s’entend très bien avec un certain Islam.

Next Page »