Alain Jean-Mairet » 2006 » September
Compte TwitterAccueil

Pas d’excuses pour le terrorisme

YouTube Preview Image YouTube Preview Image YouTube Preview Image YouTube Preview Image

via Harry’s Place.

Payer pour la grotesque mascarade libanaise?

Mon pays a versé ou va verser au total l’équivalent de 20 millions de francs (tendance à la hausse) pour aider le Liban à se remettre sur pied. Un programme intitulé «retour au village» prévoit de reconstruire les logements des gens du Liban Sud, autrement dit des combattants du Hezbollah. C’est une telle ânerie.

Il fut un temps, bien sûr, où la distinction entre les combattants et les civils était claire et nette. Et il reste des situations de ce type. Mais ce n’est pas le cas au Liban: l’écrasante majorité des gens de cette région sont des miliciens, qui ont participé à l’élaboration d’un dispositif militaire dont nous avons pu constater qu’il était agressif et de taille à inquiéter l’une des meilleures armées du monde.

Il faut être stupide à faire peur pour aider ces gens à «reconstruire» leurs villages.

Il est grand temps de repenser la notion d’aide humanitaire (celle utilisée par les politiciens, mais aussi par le CICR, les ONG, la presse), de la doter de nuances qui permettent d’en respecter les principes initiaux dans les conflits de notre temps. N’est-il pas évident que les fondateurs de l’idéal humanitaire, dont la Suisse se veut un champion, n’auraient certainement pas voulu que l’on aide des combattants à reconstruire leurs infrastructures simplement parce qu’ils sont assez malins pour en camoufler une partie en équipements civils?

Certes, nous pouvons espérer que les fonds suisses ne serviront pas directement à équiper et armer des bunkers, mais enfin plus nous investirons dans leurs systèmes d’assainissement des eaux usées, plus ils pourront investir dans des systèmes de missiles perfectionnés. Sinon, ils préféreront peut-être construire des égouts…

Liste de sites francophones de «non-gauche»

Ce «classement par audience de plus de 300 sites francophones de droite» attribue à mes sites une audience qu’ils n’atteignent que très exceptionnellement ou en tenant compte de visiteurs indirects (qui utilisent mes ressources sans visiter vraiment mes sites). Je place donc un grand point d’interrogation sur la justesse du classement. Et je n’ai pas vérifié non plus l’orientation politique réelle des sites indiqués (je n’aurais pas placé letemps.ch dans cette liste, par exemple).

Mais la liste est précieuse en elle-même. La voici sans les données du classement:

UPDATE: Masri Feki me signale un site oublié dans la liste, celui de l’AFEMO, l’Association francophone d’études du Moyen-Orient, dont il me dit qu’il reçoit 80 visiteurs par jour en moyenne. Voici l’adresse: www.afemo.fr. Je m’empresse de l’ajouter ci-dessous.

J’ajoute que cette liste n’est pas la mienne. Elle a été établie par Georges Clavet, que je ne connais pas autrement, et sans mon aide. Je me contente ici de publier sa liste en ligne car elle me paraît intéressante. Et je publierai également volontiers, le cas échéant, ses versions actualisées (par son auteur).

UPDATE: La liste a été actualisée et le classement un peu allégé. L’ancien document a été remplacé par le nouveau.

UPDATE: On me signale un nouveau site libéral dont le titre même en fait le parfait blog de «non-gauche»: http://legauchisterepenti.oldiblog.com. Créé il a y trois mois, il a déjà attiré 7000 visiteurs. Longue vie! Et bienvenue dans la liste!

UPDATE: La liste vient d’être actualisée et contient plusieurs nouveaux sites. Une nouvelle version, élargie et plus précise, devrait paraître en décembre ou janvier prochain.

(more…)

Conflit disproportionné sur le troisième front

Les Américains se lassent des Nations Unies

Selon un récent sondage, seuls 31% des Américains ont encore une opinion favorable des Nations Unies, contre 44% il y a deux ans.

Les démocrates (gauche) lui sont plus favorables (48% contre 25%), alors que les républicains (conservateurs) et les non affiliés ne sont que 18 et 25%, respectivement, à en penser du bien.

Malgré ces chiffres, les Américains sont encore 57% à penser que les États-Unis devraient rester membre des NU, mais tout de même 26% (un Américain sur quatre) préfèreraient voir leur pays quitter l’institution.

Face aux intimidations islamistes, que doit faire le monde libre?

Le monde libre doit s’exprimer librement, malgré toutes les menaces. Je reprend donc ici le texte de l’article qui a valu au Figaro d’être interdit en Tunisie et à son auteur, Robert Redeker, d’être menacé de mort jusqu’à devoir être placé sous protection policière: 

Par Robert Redeker*

Les réactions suscitées par l’analyse de Benoît XVI sur l’islam et la violence s’inscrivent dans la tentative menée par cet islam d’étouffer ce que l’Occident a de plus précieux qui n’existe dans aucun pays musulman : la liberté de penser et de s’exprimer.

L’islam essaie d’imposer à l’Europe ses règles : ouverture des piscines à certaines heures exclusivement aux femmes, interdiction de caricaturer cette religion, exigence d’un traitement diététique particulier des enfants musulmans dans les cantines, combat pour le port du voile à l’école, accusation d’islamophobie contre les esprits libres.

Comment expliquer l’interdiction du string à Paris-Plages, cet été ? Étrange fut l’argument avancé : risque de « troubles à l’ordre public ». Cela signifiait-il que des bandes de jeunes frustrés risquaient de devenir violents à l’affichage de la beauté ? Ou bien craignait-on des manifestations islamistes, via des brigades de la vertu, aux abords de Paris-Plages ?

Pourtant, la non-interdiction du port du voile dans la rue est, du fait de la réprobation que ce soutien à l’oppression contre les femmes suscite, plus propre à « troubler l’ordre public » que le string. Il n’est pas déplacé de penser que cette interdiction traduit une islamisation des esprits en France, une soumission plus ou moins consciente aux diktats de l’islam. Ou, à tout le moins, qu’elle résulte de l’insidieuse pression musulmane sur les esprits. Islamisation des esprits : ceux-là même qui s’élevaient contre l’inauguration d’un Parvis Jean-Paul-II à Paris ne s’opposent pas à la construction de mosquées. L’islam tente d’obliger l’Europe à se plier à sa vision de l’homme.

Comme jadis avec le communisme, l’Occident se retrouve sous surveillance idéologique. L’islam se présente, à l’image du défunt communisme, comme une alternative au monde occidental. À l’instar du communisme d’autrefois, l’islam, pour conquérir les esprits, joue sur une corde sensible. Il se targue d’une légitimité qui trouble la conscience occidentale, attentive à autrui : être la voix des pauvres de la planète. Hier, la voix des pauvres prétendait venir de Moscou, aujourd’hui elle viendrait de La Mecque ! Aujourd’hui à nouveau, des intellectuels incarnent cet oeil du Coran, comme ils incarnaient l’oeil de Moscou hier. Ils excommunient pour islamophobie, comme hier pour anticommunisme.

Dans l’ouverture à autrui, propre à l’Occident, se manifeste une sécularisation du christianisme, dont le fond se résume ainsi : l’autre doit toujours passer avant moi. L’Occidental, héritier du christianisme, est l’être qui met son âme à découvert. Il prend le risque de passer pour faible. À l’identique de feu le communisme, l’islam tient la générosité, l’ouverture d’esprit, la tolérance, la douceur, la liberté de la femme et des moeurs, les valeurs démocratiques, pour des marques de décadence.

Ce sont des faiblesses qu’il veut exploiter au moyen « d’idiots utiles », les bonnes consciences imbues de bons sentiments, afin d’imposer l’ordre coranique au monde occidental lui-même.

Le Coran est un livre d’inouïe violence. Maxime Rodinson énonce, dans l’Encyclopédia Universalis, quelques vérités aussi importantes que taboues en France. D’une part, « Muhammad révéla à Médine des qualités insoupçonnées de dirigeant politique et de chef militaire (…) Il recourut à la guerre privée, institution courante en Arabie (…) Muhammad envoya bientôt des petits groupes de ses partisans attaquer les caravanes mekkoises, punissant ainsi ses incrédules compatriotes et du même coup acquérant un riche butin ».

D’autre part, « Muhammad profita de ce succès pour éliminer de Médine, en la faisant massacrer, la dernière tribu juive qui y restait, les Qurayza, qu’il accusait d’un comportement suspect ». Enfin, « après la mort de Khadidja, il épousa une veuve, bonne ménagère, Sawda, et aussi la petite Aisha, qui avait à peine une dizaine d’années. Ses penchants érotiques, longtemps contenus, devaient lui faire contracter concurremment une dizaine de mariages ».

Exaltation de la violence : chef de guerre impitoyable, pillard, massacreur de juifs et polygame, tel se révèle Mahomet à travers le Coran.

De fait, l’Église catholique n’est pas exempte de reproches. Son histoire est jonchée de pages noires, sur lesquelles elle a fait repentance. L’Inquisition, la chasse aux sorcières, l’exécution des philosophes Bruno et Vanini, ces mal-pensants épicuriens, celle, en plein XVIIIe siècle, du chevalier de La Barre pour impiété, ne plaident pas en sa faveur. Mais ce qui différencie le christianisme de l’islam apparaît : il est toujours possible de retourner les valeurs évangéliques, la douce personne de Jésus contre les dérives de l’Église.

Aucune des fautes de l’Église ne plonge ses racines dans l’Évangile. Jésus est non-violent. Le retour à Jésus est un recours contre les excès de l’institution ecclésiale. Le recours à Mahomet, au contraire, renforce la haine et la violence. Jésus est un maître d’amour, Mahomet un maître de haine.

La lapidation de Satan, chaque année à La Mecque, n’est pas qu’un phénomène superstitieux. Elle ne met pas seulement en scène une foule hystérisée flirtant avec la barbarie. Sa portée est anthropologique. Voilà en effet un rite, auquel chaque musulman est invité à se soumettre, inscrivant la violence comme un devoir sacré au coeur du croyant.

Cette lapidation, s’accompagnant annuellement de la mort par piétinement de quelques fidèles, parfois de plusieurs centaines, est un rituel qui couve la violence archaïque.

Au lieu d’éliminer cette violence archaïque, à l’imitation du judaïsme et du christianisme, en la neutralisant (le judaïsme commence par le refus du sacrifice humain, c’est-à-dire l’entrée dans la civilisation, le christianisme transforme le sacrifice en eucharistie), l’islam lui confectionne un nid, où elle croîtra au chaud. Quand le judaïsme et le christianisme sont des religions dont les rites conjurent la violence, la délégitiment, l’islam est une religion qui, dans son texte sacré même, autant que dans certains de ses rites banals, exalte violence et haine.

Haine et violence habitent le livre dans lequel tout musulman est éduqué, le Coran. Comme aux temps de la guerre froide, violence et intimidation sont les voies utilisées par une idéologie à vocation hégémonique, l’islam, pour poser sa chape de plomb sur le monde. Benoît XVI en souffre la cruelle expérience. Comme en ces temps-là, il faut appeler l’Occident « le monde libre » par rapport à au monde musulman, et comme en ces temps-là les adversaires de ce « monde libre », fonctionnaires zélés de l’oeil du Coran, pullulent en son sein.

*) Philosophe. Professeur au lycée Pierre-Paul-Riquet à Saint-Orens de Gammeville. Va publier Dépression et philosophie (éditions Pleins Feux).

UPDATE: Voilà le contenu d’un courriel adressé cet après-midi par Robert Redeker à André Glucksmann:

Cher André,

Je suis maintenant dans une situation personnelle catastrophique. De nombreuses menaces de mort très précises m’ont été adressées, et j’ai été condamné à mort par des organisations de la mouvance al-qaïda.

L’UCLAT et la DST s’en occupent, mais…je n’ai plus le droit de loger chez moi (sur les sites me condamnant à mort il y a un plan indiquant comment venir à ma maison pour me tuer, il y a ma photo, celle des lieux où je travaille, des numéros de téléphone, et l’acte de condamnation).

Mais en même temps on ne me fournit pas d’endroit, je suis obligé de quêmander, deux soirs ici, deux soirs là… Je suis sous protection policière permanente. Je dois annuler toutes les conférences prévues. Et les autorités m’obligent à déménager. Je suis un SDF. Il en suit une situation financière démente, tous les frais sont à ma charge, y compris ceux eventuels d’un loyer d’un mois ou deux éloigné d’ici, de deux déménagements, de frais de notaire, etc… C’est bien triste.

J’ai exercé un droit connstitutionnel, et j’en suis puni, sur le territoire même de la République. Cette affaire est aussi une attaque contre la souveraineté nationale: des lois étrangères, décidées par des fanatiques criminophiles, me punissent d’avoir exercé un droit constitutionnel français, et j’en subis, en France même, grand dommage.

Amitiés

Pour l’aider, le mieux pour l’instant est de signaler les disponibilités à cette adresse.

L’horreur palestinenne (et la puanteur genevoise)

Une vision sans complaisance de l’enfer anarchique palestinien, par Sami El Soudi, sur menapress.com. Extraits:

Désormais, la Palestine est vouée toute entière aux hordes armées. Toute la bande de Gaza et les villes de Cisjordanie, car, sur la Rive Occidentale, les Israéliens quadrillent le pays et ne laissent pas le cancer s’étendre d’une agglomération à l’autre. On doit aussi – c’est affaire d’honnêteté – reconnaître que leur mur de séparation remplit parfaitement son office de protection de leur population et que les organisations terroristes de Samarie et de Judée ont été presque entièrement neutralisées. C’est en couplant le rôle du mur avec les opérations coup de poing que l’armée israélienne mène chaque nuit, que nos adversaires sont parvenus à ce résultat.

A Gaza, (…) les gens évoluent en plein Far West. Si vous êtes attaqué, volé, rançonné ou que votre fille ou votre femme a été violée par un groupe de voyous armés, il n’y a personne auprès de qui aller se plaindre sans qu’on ne vous rie au nez. Les droits et les passe-droits s’achètent à la bande qui prédomine dans la région de votre domicile ou de votre commerce. C’est chienlit partout, on meurt pour un rien.

Les ouvriers ne vont plus travailler chez “l’ennemi sioniste”. Les points de passage des marchandises sont régulièrement attaqués par les terroristes islamistes, comme Kissoufim, il y a quelques jours. Lors de cette attaque, les islamistes ont lamentablement manqué leur cible mais pas leur peuple! C’est lui qui souffre de cette situation, pas les Israéliens, qui jouissent d’un calme relatif. Lorsque nos terroristes attaquent leurs personnels, ils ferment les points de transit. Quoi de plus naturel? N’est-ce pas exactement le but recherché par les islamistes, l’isolation, le repli mortel sur nous-mêmes?

Chaque nuit, les commandos de l’armée visent quelques cibles, quelques chefs terroristes qui les dérangent, et ils viennent les cueillir sans grande peine, souvent avec l’aide d’un groupe palestinien concurrent. (…)

Une seule chose manque, mais elle est irremplaçable : l’argent. Dans les marchés, on trouve de tout, les Israéliens y veillent, mais on ne peut se le payer. Alors, on mange du pain. Les hôpitaux sont régulièrement approvisionnés, on nous prive même de raisons de nous plaindre. Même les cas les plus graves continuent d’être transférés en Israël, à Beer Sheeva ou à Jérusalem. L’une des filles d’un dirigeant de première ligne du Hamas est soignée à l’hôpital Hadassah à Jérusalem pour une leucémie complexe, et ce week-end, son père a été autorisé à lui rendre visite et à réintégrer Gaza ensuite. (…)

Le Hamas accepte une trêve de dix ans avec l’Etat hébreu, si ce dernier se retire de tous les territoires qu’il occupe depuis 1967 et s’il libère tous les prisonniers palestiniens qu’il détient. Et durant cette houdna, les islamistes ne cachent pas leur intention de s’armer jusqu’aux dents. Déjà le sous-sol de la frontière de Rafah est un véritable réseau de terriers qui menacent les édifices des douanes et du contrôle. La contrebande d’armes atteint des proportions édifiantes, au point que notre police vient de murer deux galeries qui faisaient la liaison avec l’Egypte, à vingt mètres sous terre. Les inspecteurs de l’Union Européenne sont là, Italiens en tête, savent tout ce qui se passe mais préfèrent jouer les dupes. Les islamistes créent des manifestations télécommandées, des troubles, des explosions et des échauffourées, pour faire diversion de leurs trafics.

UPDATE: Pendant ce temps, à Genève, un «rapporteur» bénéfice de l’attention de dizaines de fonctionnaires surpayés et des médias pour propager à l’échelle mondiale des inepties telles que

Gaza est une prison et Israël semble en avoir jeté la clef. (…)

Israël viole le droit international tel qu’il est formulé par le Conseil de sécurité et la Cour internationale de justice et reste impuni. Mais les Palestiniens sont punis pour avoir élu démocratiquement un régime inacceptable aux Israéliens, aux Américains et à l’Union européenne. (…)

Les dommages collatéraux [décrits par Israël sont] des attaques aveugles contre la population civile interdites par le droit international. (…)

Dans tout autre pays, la construction du Mur serait présentée comme relevant d’un nettoyage ethnique, mais le politiquement correct interdit de le dire dès lors qu’il s’agit d’Israël. (…)

Puis, comme par inadvertance, et en guise de conclusion, il lâche cette vérité:

Faute d’agir, la communauté internationale ne devra pas être surprise si les populations de la planète ne croient pas qu’elle est sérieurement engagée dans la promotion des droits de l’homme.

L’apathie de la défaite

C’est le titre de la dernière réflexion de Mark Steyn parue dans le Western Standard (abonnement). Extraits:

Il y a toujours eu un marché pour les déçus d’eux-mêmes dans les sociétés libres: après tout, la plus efficace des idées antioccidentales était elle-même une invention de l’Occident, élaborée par Karl Marx dans la salle de lecture de la British Library. Le défaut le plus patent du communisme est son aspect décrépi et triste, qui ne lui laisse qu’un attrait limité. Le fascisme aussi trouva de nombreux adeptes dans les milieux culturels occidentaux souffrant de déficience politique — en Europe continentale –, mais il ne conquit qu’un soutien minimal au coeur de l’Occident politique — le monde anglo-saxon. Alors, les anti-tribalistes inventèrent quelque chose de plus subtil et de plus souple que le communisme et le fascisme — le plus savonneux des ismes.

La grande force du «multiculturalisme» est de ne pas constituer une critique de l’Occident mais de court-circuiter toute possibilité de critique. S’il n’y a aucune différence entre la Common Law anglaise et les guérisseurs des brousses, les collecteurs de fonds des Tigres tamiles, les mariages homosexuels et la charia, que reste-t-il à discuter? Le simple souhait de débattre met celui qui l’exprime du mauvais côté du fossé. Oui, comme le dogme fondamental du multiculturalisme consiste à admettre que rien ne peut être discuté, que toutes choses sont également bonnes et agréables, le fait de favoriser un débat honnête vous place, par définition, parmi les extrémistes.

Je suis sûr que mes collègues du Western Standard se sont déjà trouvés dans des situations analogues, lors de débats télévisés ou publics. Vous faites valoir, par exemple, qu’il existe très peu de sociétés musulmanes «libres». Et votre interlocutrice répond: «Ce n’est que votre opinion.» Alors, vous avancez quelques faits à propos du PIB par habitant, de la liberté de religion, de l’espérance de vie, des droits de la femme, etc. Et vous vous voyez répliquer: «Vous ne faites qu’imposer vos valeurs à ces sociétés.» Et alors, vous réalisez que le grand avantage du relativisme culturel est de rendre toute discussion impossible. Il n’y a tout simplement plus suffisamment de consensus sur la réalité. C’est un peu comme de jouer au tennis avec un adversaire qui pense que votre ace n’est qu’un artifice social. (…)

Bernard Lewis, le grand érudit occidental de l’Islam, travailla pour les services de renseignement britanniques aux pires heures de la Deuxième Guerre mondiale. «En 1940, nous savions qui nous étions, nous savions qui était l’ennemi et nous connaissions les dangers et les problèmes en présence», déclarait-il au Wall Street Journal il y a quelques mois. «Aujourd’hui, il en va autrement. Nous ne savons pas qui nous sommes, nous ne savons pas quels sont les problèmes et nous ne comprenons toujours pas la nature de l’ennemi.» (…)

Je laisse le mot de la fin en anglais:

If you’re a genuine cultural relativist–if you really believe our society is no better or worse than any other–you’re about to get the opportunity not just to talk the talk but to walk the walk. Good luck.

Peut-être le plus grand défi auquel font face les penseurs d’aujourd’hui consiste-t-il à définir des valeurs humaines communes et pouvant être reconnues comme telles par-delà les idéologies et les croyances.

Ce qu’il faut interdire, en fait, c’est la propagande criminelle

L’Islam est une guerre: le djihad offensif y est obligatoire. Et même si seule une minorité des Musulmans prêtent foi à ces âneries d’un autre âge, ce qui est loin d’être sûr ces dernières années, le danger est très réel, et il est inhérent à la pratique et à la propagation de la religion islamique, car c’est là que se trouvent, sous forme d’incitations, d’ordres et d’exemples historiques, toute la motivation de base des Musulmans dangereux.

De simples ordres écrits ne suffisent à mobiliser que des esprits déments, bien sûr. Il faut, pour que ces textes puissent déployer toute leur emprise sur les âmes, un énorme effort de propagande, soutenu, durable. Mais le culte musulman n’est rien d’autre que cette propagande. Toute pratique de la religion musulmane insuffle dans les esprits des pratiquants le désir de tuer, de blesser, de réduire en esclavage, d’éliminer le non-Musulman. Les revendications territoriales ou culturelles ne sont ici que des prétextes, des justifications pour la haine qui se peint de plus en plus aisément sur le visage d’un nombre toujours croissant de Musulmans.

Ainsi, plus la religion islamique est pratiquée de manière systématique et institutionnalisée, plus le terrorisme et l’intimidation ordinaire s’installent — le danger pour les non-Musulmans est directement proportionnel à la foi que les gens investissent dans la religion musulmane autour d’eux.

Pour le prouver, on peut examiner les écritures islamiques avec leurs messages de haine, transcrits en des lois arbitraires et barbares, et leurs promesses de bonheur pour les pires criminels. Ou on peut suivre le cheminement historique de l’Islam, dont l’axe essentiel est une interminable série de guerres internes et de conquêtes, sans jamais de remise en question fondamentale des raisons affichées, toujours les mêmes, qui motivèrent ces innombrables agressions.

Ou, aujourd’hui, on peut se contenter de suivre l’actualité et de constater que toutes les communautés notables de Musulmans posent les mêmes problèmes, à des degrés de gravité variables, à leurs voisins — qu’y a-t-il sinon de commun entre un Tchétchène et un Arabe palestinien, entre un Afghan et un Marocain, un Turc et un Nigérian, un djeun et un Indonésien? Sans l’Islam, ils ne trouveraient même pas de termes pour se dire bonjour. Avec l’Islam, ils ont le sentiment de conquérir le monde au nom de la même vision de société idéale. La même folie, avec des variations.

Il est impossible de supprimer les motivations de base des Musulmans — le coran, les traditions du prophète, la sira, le fiqh, tout cela constitue un héritage historique qui continuera d’accompagner l’humanité. Mais il est fort possible d’entraver l’effort de propagande que constituent la pratique et la propagation de la religion islamique là où elle est minoritaire. Les îlots de raison ainsi créés pourront abriter des élans vers des solutions qui tiennent enfin compte des causes réelles du problème. Et de toute manière, n’avons-nous pas le devoir de résister à cette calamité, dès lors que nous l’avons découverte?

Par quoi remplacer les Nations Unies?

Que faire des Nations Unies, devenues un «Club mondial de la terreur»? Melanie Phillips voudrait le voir dissous et remplacé par une Union des Nations démocratiques:

Alan Dershowitz et d’autres ont suggéré récemment que l’Iran devrait être éjecté des Nations Unies. Il me semble que c’est prendre le problème par le mauvais bout. Ce sont plutôt les pays civilisés qui devraient s’éjecter des NU. Le spectacle honteux offert par Ahmadinejad, reçu cette semaine à la tribune des NU avec les honneurs réservés à un membre estimé de la communauté mondiale, prouvait définitivement que les NU ne sont pas simplement inutiles, mais qu’elles constituent un véritable Club mondial de la terreur, qui se comporte tel l’esclave de régimes tyranniques et d’ordres despotiques corrompus dont le nombre dépasse maintenant celui des membres qui défendent les droits de l’homme.

L’idée grotesque qu’un tel organe puisse être considéré comme capable d’arbitrer des conflits internationaux — pire, comme l’ultime instance d’arbitrage des lois et de l’éthique mondiales — est la raison institutionnelle pour laquelle le monde finit systématiquement par récompenser l’agression et par ignorer ou punir ses victimes.

Cette idée polariserait la situation, ce qui n’est pas forcément mauvais. Si une telle solution est adoptée, il est probable que plusieurs clubs se formeront, à terme, réunissant des nations nourrissant des intérêts et des objectifs communs. Les groupes se formeraient sans doute assez naturellement le long des axes civilisationnels actuels.

Mais le problème de l’arbitrage des conflits resterait entier. Et il se formerait des clans encore plus importants, augmentant ainsi le risque d’un conflit potentiel entre groupes d’alliés. Ce qui rendrait d’autant plus cruciale la nécessité de disposer d’un organe d’arbitrage réellement indépendant. Et efficace.

Pour quelle «paix» travaillent les Nations Unies?

http://video.google.com/videoplay?docid=5239338705927449040

Les bunkers du Hezbollah au Liban Sud, inspectés par les troupes israéliennes. Ces installations ont nécessité des mois ou des années de travaux, juste sous le nez des gens chargés par la communauté internationale de maintenir la paix. Voilà vraiment un échec pour le moins explicable.

Et en plus, ces postes des NU servaient de bouclier au Hezbollah pendant le conflit. Si les NU, de par leurs structures mêmes, étaient un allié affiché des terroristes, que constaterions-nous d’autre?

Oriana Fallaci à sa sainteté

Ces deux extraits du dernier article d’Oriana Fallaci, paru dans le Corriere delle Sera le 16 juillet 2005 et traduit ici en allemand par Beatrice Schlag et Walter De Gregorio, figurent dans l’édition de cette semaine de la Weltwoche (pour abonnés). Cet article et les deux extraits suivants sont inédits en allemand. Ils n’existent pas non plus en langue française, que je sache. Oui, je vais y réfléchir. Car il est vrai que le débat public est sensiblement plus avancé en Allemagne (et en Suisse alémanique) qu’en francophonie — voir par exemple ma traduction de l’article de Hans-Peter Raddatz paraissant aujourd’hui dans Die Welt; en fait, on n’entend même parfois des choses plus raisonnables à la télévision arabe qu’à la télévision française, ces dernières années.

UPDATE: le Blog politiquement incorrect d’Allemagne m’a devancé. Il publie tout l’article, en deux parties: premièredeuxième. (more…)

AP, ou quand la presse s’associe aux terroristes

Al Dura et Paris, en images

Aujourd’hui, Richard Landes a publié sur son blog un guide pour les francophones qui souhaitent se familiariser avec l’affaire Al Dura, laquelle fera l’objet de trois procès cet automne (la meilleure compilation est celle de Menahem Macina). Je complète cet effort par quelques images d’époque qui m’ont été confiées par Irena Elster. Merci de mentionner la provenance (Irena Elster) en cas de reproduction.

À qui et à quoi servent les Nations Unies?

À lui et à ses projets, en tout cas:  

YouTube Preview Image

Oui, lui:

YouTube Preview Image

Lui.

Au-delà des mensonges de salon, que croient les Musulmans?

Une jeune femme est abattue dans le dos par des soldats israéliens et devient une vierge au paradis. Son soupirant se fait tuer exprès pour la rejoindre: vidéo.

Une mère témoigne: Nous n’encourageons pas nos fils à mourir, mais à devenir des martyrs [dans le jargon musulman, cela signifie mourir au combat pour la cause d’Allah], c’est-à-dire à épouser les vierges aux yeux noirs. Le suicide assassin comme une célébration de l’éternel harem divin: vidéo.

Une femme témoigne: réussir un attentat-suicide, c’est aller au paradis, où elle deviendrait l’une de ces vierges aux yeux noirs destinés à combler le manque d’affection des assassins suicidaires mâles: vidéo.

Un assasin suicidaire juste avant l’acte prie son dieu de l’escorter au paradis, son devoir de massacreur des descendants de singes et de porcs accompli, et de l’introduire auprès de ses vierges paradisiaques bien méritées: vidéo.

Une mère parle de son fils qui rêve des vierges du paradis. Que croyez-vous qu’elle fit? Oui, elle lui souhaita le martyre: vidéo.

Un homme explique en chaire que l’assassin suicidaire va tout droit au paradis, sans aucun choc, sans aucune peine, que ses péchés disparaissent tout simplement et qu’il épouse alors 72 vierges aux yeux noirs. De plus, il devient un avocat de la défense pour 70 de ses parents moins suicidaires que lui et porte une couronne plus belle que tout ce qui existe parmi nous. L’affaire est trop belle: vidéo.

Ce qui ne va pas avec l’Islam, c’est ce que croient les Musulmans. Outre de mourir en assassin suicidaire, ils croient qu’il peut être bon, et même saint, de faire décapiter des centaines de gens qui se sont rendus sans conditions, de faire assassiner des adversaires politiques ou des poètes qui se moquent de l’Islam ou encore de massacrer et de réduire en esclavage des populations entières parce qu’elles refusent de partager cette foi avec eux. Ils croient tout cela, oui, car ce sont là les actes de leur prophète, relatés par des écritures qu’ils disent saintes. Alors, cela est bon. Et de plus, c’est la loi. La charia.

Ainsi, si nous laissons faire les arracheurs de dents qui vantent l’Islam, si nous tolérons la propagation de cette foi mortifère, les plus croyants d’entre les Musulmans tueront leurs adversaires politiques, feront assassiner les gens qui les gênent, massacreront ceux qui refusent de partager leur foi et, finalement, comme cela s’est produit à d’innombrables reprises depuis quatorze siècles, les survivants deviendront des soumis à ce culte mortifère, qu’ils habilleront dès lors de toutes les grâces simplement parce qu’il leur aura laissé la vie.

Chers habitants de la planète Terre,

Nous sommes si navrés de vous perturber…
Lettre ouverte d’un Juif d’Israël au monde entier;
version française par
Menahem Macina

Version originale
YouTube Preview Image

Version sous-titrée par Pistache

Je comprends qu’en ce moment, nous autres, Israéliens, vous irritons. Il s’avère, en effet, que vous êtes vraiment contrariés, fâchés, voire indignés. En fait, vous êtes souvent fâchés contre nous. Aujourd’hui, c’est pour l’utilisation excessive de la force contre les dirigeants “innocents !” du Hamas. Récemment, c’était pour “la répression brutale des Palestiniens”. Avant cela, c’était pour le Liban. Avant encore, c’était à cause du bombardement du réacteur nucléaire de Bagdad, de la guerre de Kippour et de la campagne du Sinaï. Il s’avère que la victoire des Juifs et, par conséquent, leur survie, vous fâchent énormément.

Naturellement, Chers habitants de la planète Terre, longtemps avant l’existence de l’État d’Israël, nous, membres du peuple juif, vous avons irrités. Nous avons irrité le peuple allemand qui a élu Hitler. Nous avons irrité le peuple autrichien qui l’a applaudi à son entrée dans Vienne. Nous avons irrité un bon nombre de nations d’Europe de l’est, dont les Polonais, Slovaques, Lithuaniens, Ukrainiens, Russes, Hongrois, Roumains. D’ailleurs, l’irritation que nous causons au monde remonte à fort loin dans l’histoire. Nous avons irrité les Cosaques de Chmielnicki, qui ont massacré des dizaines de milliers d’entre nous, entre 1648 et 1649. Nous avons irrité les Croisés qui, en route pour libérer la Terre Sainte, étaient tellement irrités par les Juifs, qu’ils nous ont massacrés en quantité énorme. Nous avons irrité, durant des siècles, une Église catholique qui a fait de son mieux pour établir notre parenté par des inquisitions. Nous avons irrité l’ennemi juré de l’Église, Martin Luther, qui, dans son appel à brûler les synagogues – avec les Juifs à l’intérieur -, a fait preuve d’un remarquable esprit chrétien œcuménique !

Et c’est parce que nous étions fâchés de vous fâcher de la sorte, Chers habitants de la planète Terre, que nous avons décidé de vous quitter, si l’on peut dire, et de créer un État juif. Notre raisonnement était que, vivant en contact étroit avec vous, en tant que résidents étrangers dans les divers pays qui sont les vôtres, nous vous contrariions, vous irritions, vous dérangions. Y avait-il, dès lors, une meilleure idée que celle de vous laisser, afin de vous témoigner notre affection et de bénéficier de la vôtre ? Et c’est ainsi que nous avons décidé de revenir chez nous, dans la patrie même dont nous avions été expulsés, 1.900 ans plus tôt, par un monde romain qu’apparemment, nous avions aussi irrité !

Hélas, Chers habitants de la planète Terre, il s’avère que vous êtes difficiles à contenter. Après vous avoir quittés, vous et vos pogroms, vos inquisitions, vos croisades et vos holocaustes, après avoir pris congé du monde en général pour vivre seuls dans un petit État à nous, nous continuons à vous irriter ! Vous êtes fâchés de ce que nous réprimions les pauvres Palestiniens. Vous êtes très en colère de ce que nous ne renoncions pas aux territoires de 1967, qui sont, à l’évidence, l’obstacle à la paix au Proche-Orient. Moscou est contrarié. Washington est contrarié. Les Arabes “radicaux” sont contrariés. Et les doux Égyptiens modérés sont contrariés.

Eh bien, Chers habitants de la planète Terre, prêtez attention à la réaction d’un Juif normal d’Israël. En 1920, 1921 et 1929, il n’y avait pas de “territoires de 1967? pour faire obstacle à la paix entre les Juifs et les Arabes. En fait, il n’y avait pas d’État juif pour irriter qui que ce soit. Néanmoins, les mêmes Palestiniens, opprimés et réprimés, ont massacré des dizaines de Juifs à Jérusalem, Jaffa, Safed et Hébron. En 1929, rien que dans cette dernière ville, 67 juifs ont été massacrés en une journée.

Chers habitants de la planète Terre, pourquoi les Arabes de Palestine ont-ils massacré 67 Juifs en un jour, en 1929 ? Était-ce par colère contre l’agression israélienne de 1967 ? Et pourquoi 510 Juifs, hommes, femmes et enfants, ont-ils été massacrés durant les émeutes arabes, entre 1936 et 1939 ? Était-ce en raison de l’irritation arabe pour 1967 ?

Et quand vous, Chers habitants de la planète Terre, avez proposé, en 1947, un plan onusien de partition de la Palestine – qui aurait permis la création d’un “État palestinien” à côté d’un Israël minuscule -, et que les Arabes ont crié “Non!” et ont déclenché la guerre et tué  6.000 Juifs, cette irritation avait-elle pour cause l’agression de 1967 ?

Et à propos, Chers habitants de la planète Terre, pourquoi n’avons-nous pas entendu votre cri de colère à ce moment-là ? Les ‘pauvres Palestiniens’ qui, aujourd’hui, tuent des Juifs avec des mortiers, des explosifs, des bombes incendiaires et des pierres, font partie du même peuple qui, quand il avait tous les territoires dont il exige maintenant qu’ils lui soient donnés pour son État, a essayé de jeter l’État juif à la mer. Les mêmes visages grimaçants, la même haine, le même cri de “itbah-al-yahud, massacrez le Juif !”, que nous voyons et entendons aujourd’hui, ont été vus et entendus alors. Le même peuple, le même rêve : détruire Israël. Ce qu’ils n’ont pas réussi à réaliser hier, ils en rêvent aujourd’hui… Et nous ne devrions pas les réprimer ?

Chers habitants de la planète Terre, Vous êtes restés les bras croisés durant l’Holocauste. Vous êtes restés les bras croisés, en 1948, quand sept États déclenchaient une guerre que la Ligue Arabe comparait fièrement aux massacres perpétrés par les Mongols. Vous êtes restés les bras croisés, en 1967, lorsque Nasser, follement acclamé par des foules décha?nées, dans toutes les capitales arabes du monde, fit le serment de jeter les Juifs à la mer. Et vous resteriez les bras croisés demain, si Israël était menacé d’annihilation. Et puisque nous savons que les Arabes Palestiniens rêvent chaque jour de cette annihilation, nous ferons tout ce qui nous est possible pour rester vivants sur notre terre.

Si cela vous ennuie, Chers habitants de la planète Terre, et bien, rappelez-vous combien de fois, dans le passé, vous nous avez causé des ennuis.

De toute façon, Chers habitants de la planète Terre, même si cela doit vous causer du tracas, il y aura toujours un Juif en Israël qui voudra rester vivant et garantir la sécurité de ses enfants et petits-enfants. Navré de vous perturber!

Obsession — rappel

http://video.google.com/videoplay?docid=1432100742477106895Plus d’informations. Lien direct sur google vidéo.

UPDATE: la vidéo a été supprimée cette nuit sur google (et réservée aux membres sur Dailymotion). Je vais tenter de la télécharger une nouvelle fois. Et je republierai progressivement les versions WMV à ces adresses cette adresse:

http://www.ajm.ch/mat/Obsession_st_fr.wmv

Mais il faudra avoir un peu de patience. Le processus de réception prend plusieurs jours sur google et je ne pourrai ouvrir que progressivement la bande passante dont je dispose.

Par ailleurs, il est possible que le film sous-titré refasse bientôt surface sous une forme améliorée, voire sous sa forme originale, en qualité grand écran. À suivre.

UPDATE:

Les nouveaux profanateurs


Il y a aussi quelques spécimens de ces «chercheurs» en Suisse, hélas, et jusqu’à l’ETH Zurich, le principal temple helvétique de la science, comme le révélait hier la Weltwoche (site payant) (liens ajoutés par mes soins):

Wir sollen glauben, dass hinter der wahrnehmbaren Wirklichkeit eine verborgene Wahrheit liege. Demnach hätten die USA die Anschläge von 9/11 selber inszeniert oder absichtlich zugelassen – um dann unter dem Vorwand des Kriegs gegen den Terror Zugang zu den Ölressourcen im Mittleren Osten zu erhalten. Tausende Landsleute ermorden, die Nation traumatisieren, New Yorker Wahrzeichen zerstören, das Verteidigungsministerium attackieren usw. – der ganze Terror soll eine Inszenierung der Bush-Regierung sein. (…)

Daniele Ganser sieht die «drei Theorien» [Täter sei OBL, Bush oder Israel — ajm] in einem «offenen Diskurs», wobei die offizielle Version deutlich unglaubwürdiger wirke als noch 2001. Die verbreitete Anti-Bush-Stimmung hat dazu geführt, dass bekannte Akademiker zumindest Sympathie für das Verschwörungsgeschwurbel erkennen lassen. Philipp Sarasin, Zürcher Historiker und Autor eines Buchs über die Anthrax-Anschläge, meint, diese seien womöglich ein «Inside-Job» gewesen. Für den 11. September schliesst Sarasin einen ähnlichen Verdacht nicht aus: «Welche der drei 9/11-Theorien stimmt, muss durch Historiker weiter untersucht werden.» Damit hebt der Professor die grassierenden Verschwörungstheorien in den Rang ernstzunehmender Erkenntnisse. Gleich verfährt Albert Stahel. Die Amerikaner seien über 9/11 einseitig informiert worden, weil die Medien «in erster Linie die Surprise-Theorie auf allen Kanälen verbreitet» hätten. Surprise-Theorie nennen die Verschwörungstheoretiker die Tatsache, dass die USA von islamistischen Terroristen attackiert wurden. Laut Stahel dürfte diese Version des Geschehens weiter unter Druck geraten. Bereits «ein Haufen» Akademiker sei gleicher Meinung wie er.

Chacun est libre de ses opinions, et d’en parler, mais qu’il est triste de trouver dans l’une des meilleures hautes écoles du monde des esprits assez faibles pour croire de telles fables et s’adonner à de telles basses oeuvres intellectuelles.

Où va la France?

Cela pourrait se jouer en partie dans ce digne bâtiment, celui du Palais de Justice de l’île de la Cité, où une affaire traitée aujourd’hui lui donnera une chance réelle de témoigner de l’état d’esprit du pays au début du XXIe siècle.

Saura-t-elle saisir la chance qui lui est offerte de dévoiler l’escroquerie du tailleur de l’empereur? Ou la Justice française se révélera-t-elle l’oxymoron que beaucoup de Français semblent anticiper?

Revoir les films. Relire le bloc-note de Richard Landes à l’automne passé. Jamais sans doute empereur n’a été si nu.

Où va l’Islam?

Un texte de Marcel de Corte publié en décembre 1956 dans La Libre Belgique et qu’il vaut la peine de lire et de relire:

Où va l’Islam? Il est vraisemblable que l’Islam lui-même l’ignore à peu près totalement. Ce grand corps informe s’éveille d’une longue léthargie, paupières closes, cerveau engourdi, membres épars et secoués çà et là d’aveugles sursauts. Toute l’histoire de l’Islam manifeste d’un bout à l’autre ces étranges alternances de torpeur et de frénésie. (more…)

Crémaillère

Les sites precaution.ch et ajm.ch sont maintenant installés chez leur nouvel hébergeur. Le courrier électronique ne fonctionne pas encore parfaitement et les codes d’acheminement ne sont certainement pas encore actualisés partout, mais le plus dur est passé.

Mais ce n’est pas tout, ça. Revenons à nos moutons:

Voir aussi cette série de photographies prises à Paris cet été par Irena Elster (juste un exemple, cliquer pour voir les autres):

Et écouter Anne-Marie Delcambre nous dire la vérité sur l’Islam, sur ses lois et ses muftis — les menteurs et les autres.

Et laisser traîner aussi une oreille du côté de la Radio romande, où de premières voix claires parviennent enfin à se faire entendre, grâce à la fermeté de l’opposition au minaret de Langenthal.

Les principales images télévisées du 11 septembre 2001

Montage signé Allahpundit.

YouTube Preview Image YouTube Preview Image YouTube Preview Image

Les dernières nouvelles du djihad

Robert Spencer, directeur de JihadWatch (et auteur du Guide politiquement incorrect de l’Islam), parle du djihad — historique et actuel — sur Hotair, avant la diffusion d’un film signé Iraqi Truth Project.

11 septembre — quelques rappels


Le point.


La dernière vidéo du djihad mondial (extraits marquants).

YouTube Preview Image
Les autres anniversaires

YouTube Preview Image
La joie des Palestinens le 11 septembre 2001

Et trois vidéos de MemriFilms retraçant la réaction des Musulmans, cinq ans après:
Version complète1ère partie2e partie3e partie

 

Next Page »